(Caracas) Le gouvernement vénézuélien va proposer à son opposition, dans le cadre des pourparlers en Norvège, de « libérer » des fonds destinés aux médicaments et selon lui bloqués par les sanctions américaines, a annoncé vendredi le président Nicolas Maduro.

Agence France-Presse

M. Maduro a demandé à son principal négociateur, le ministre de la Communication et de l’Information Jorge Rodriguez, de proposer « un accord » pour « que soient libérés les fonds pour les traitements des malades et des personnes qui ont besoin de transplantations ». « Nous allons emmener cette proposition en Norvège », a dit le chef de l’État à la radio et la télévision.

Quatre enfants sont morts depuis un mois faute de transplantation de moelle épinière dans le principal hôpital pédiatrique de Caracas. Cela faisait suite à la suspension d’un accord de la compagnie pétrolière étatique PDVSA et du gouvernement italien pour effectuer ces interventions chirurgicales dans le pays européen.

Le gouvernement chaviste accuse Washington et ses sanctions financières d’un « blocage commercial et financier ».

« Pas une banque occidentale ne reçoit de paiement du Venezuela, ne reçoit de paiement de PDVSA. L’argent, nous l’avons », a souligné M. Maduro.

Le département d’État avait nié mardi que les sanctions américaines empêchent l’achat de médicaments et aliments par le Venezuela.

La situation sanitaire présentait néanmoins des failles avant les sanctions de 2016, selon l’opposition dirigée par Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale et autoproclamé président de la République, et reconnu comme tel par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis.

Mercredi, MM. Maduro et Guaidó s’étaient dits disposés à maintenir des contacts indirects sous l’égide de la médiation norvégienne.