La fortune familiale de l'homme qui a été assermenté jeudi à la présidence du Paraguay a été amassée dans un des pays les plus inégaux d'Amérique latine, grâce à sa position de force dans des secteurs qui vont du tabac aux boissons gazeuses en passant par le football et les banques.

Publié le 15 août 2013
Pedro Servin et Michael Warren ASSOCIATED PRESS

L'homme de 57 ans, Horacio Cartes, est un néophyte politique dont le nom n'apparaissait même pas sur les listes électorales avant qu'il ne décide de briguer la présidence. Il doit en plus composer avec de fréquentes accusations que la fortune de sa famille est due au blanchiment d'argent, à la contrebande de cigarettes et au trafic de drogues.

Les électeurs paraguayens ont choisi de faire fi de ces allégations dans l'espoir que l'homme d'affaire et son parti politique Colorado, le plus puissant du pays, pourront permettre au Paraguay de tirer encore davantage profit de la manne que représente le soya, une culture qui génère une croissance économique de 10 % par année.

Le conglomérat Grupo Cartes inclut plus d'une vingtaine d'entreprises qui fournissent de l'emploi à quelque 3500 personnes. M. Cartes a remporté le scrutin d'avril avec 46 % des votes quand il a promis d'utiliser son expertise pour créer des emplois. Il devait d'ailleurs rencontrer, jeudi, 150 dirigeants d'entreprises étrangères intéressés à améliorer l'infrastructure économique d'un pays de 6,2 millions d'habitants, mais dont 39 % vivent sous le seuil de la pauvreté.

«Nous avons déclaré la guerre à la pauvreté, et ce gouvernement n'acceptera aucune trêve», a lancé M. Cartes lors de sa victoire.

Son prédécesseur, Fernando Lugo, avait lui aussi promis de combattre la pauvreté. M. Lugo, un ancien évêque catholique romain, a été destitué l'an dernier après avoir perdu la confiance du congrès. Sa présidence avait interrompu plus de 50 ans du pouvoir pour le parti Colorado, dont 35 ans de dictature sous Alfredo Stroessner.

La contrebande, la corruption et l'évasion fiscale sont endémiques au Paraguay et certains experts croient que les hommes d'affaires peuvent difficilement éviter d'entrer en contact avec des criminels. L'organisme anticorruption Transparency International classe le Paraguay au 150e rang mondial sur un total de 176.

Les soupçons contre M. Cartes ont éclaté au grand jour en 2010, quand le site Internet WikiLeaks a mis en ligne un câble diplomatique du département d'État américain qui affirmait qu'il se trouve à la tête d'un réseau de trafic de drogue et de blanchiment d'argent. M. Cartes a réfuté ces allégations lors de la seule conférence de presse organisée pendant sa campagne avec des médias étrangers.

M. Cartes et ses proches ne font pas l'objet de sanctions de la part des États-Unis. En revanche, il a été emprisonné pendant 60 jours en 1986, en lien avec une complexe affaire de fraude bancaire. Les accusations contre lui ont éventuellement été abandonnées.

Ses activités cigarettières lui ont aussi valu des soupçons dans une région où la contrebande des cigarettes est répandue. Ses entreprises ont fait l'objet d'une enquête au Brésil tandis qu'en Argentine, la moitié des cigarettes de contrebande récemment saisies par les douaniers provenaient de ses compagnies. M. Cartes affirme qu'il n'y est pour rien.

Le nouveau président est aussi à la tête de la principale banque du pays, Banco Amambay. Il a également acheté de vastes terrains le long de la frontière entre le Paraguay et le Brésil; mis sur pied le plus important cigarettier du pays; fait l'acquisition du principal embouteilleur paraguayen de boissons gazeuses; et mis la main sur le meilleur club de football du pays, Libertad.

Il exporte des cigarettes Palermo vers les États-Unis et importe au Paraguay la bière Budweiser et des cigares cubains. Il a profité du fait que son père soit le représentant de Cessna au Paraguay pour lancer une entreprise d'aviation qui compte 80 avions et a formé la plupart des pilotes civils du pays.

La fortune totale de sa famille est inconnue, puisque les lois paraguayennes n'exigent pas la divulgation de telles informations.

Mais les autorités américaines l'ont à l'oeil. Un câble diplomatique rédigé en 2010 affirme que la Drug Enforcement Agency des États-Unis a envoyé des agents infiltrer l'organisation de M. Cortes, qui était apparemment impliquée dans le trafic de drogue dans la zone où se rencontrent le Paraguay, l'Argentine et le Brésil.

Un autre câble, celui-là rédigé en 2007, affirme que le responsable antidrogue du Paraguay, Hugo Ibarra, a déclaré à un diplomate américain que le chef de l'agence anticorruption du pays, Gabriel Gonzalez, était en réalité à la solde de M. Cortes et de Banco Amambay. M. Gonzalez aurait déclaré à M. Ibarra que 80 pour cent du blanchiment d'argent au Paraguay se fait par le biais de cette institution.

M. Cartes a de nouveau attiré l'attention quand il a commencé à écouler ses cigarettes Palermo sur le marché américain en 2008, mais à un coût inférieur de 20 % à celui de la concurrence. Des cigarettiers comme Philip Morris, British-American, Reynolds et Imperial Tobacco ont alors rencontré des agents fédéraux américains pour préparer une contre-offensive.

C'est à ce moment que M. Cartes a commencé à jouer un rôle actif sur la scène politique de son pays. Un ancien agent des renseignements américains croit qu'il a voulu se faire élire à la tête du pays de manière à pouvoir bloquer toute ingérence américaine.