Un millier d'habitants de trois localités de l'État de Guerrero, au sud du Mexique ont fui leur foyer depuis mercredi après des attaques armées et des menaces de groupes criminels, ont indiqué à l'AFP les autorités locales.

AGENCE FRANCE-PRESSE

El Terrero, El Cubo et El Remanse, trois localités situées sur la commune de San Miguel Totolapan, ont été l'objet au cours des derniers jours d'agressions armées qui ont fait plusieurs blessés tandis que plusieurs maisons ont été incendiées, selon Bolívar Ochoa, secrétaire de la mairie.

«Cela fait trois jours que l'on entend des fusillades ici. Un groupe a brûlé des maisons, attaqué des gens», a dit le fonctionnaire municipal.

Une partie des familles qui ont abandonné leur logis sont hébergées provisoirement dans l'église principale de San Miguel Totolapan, à quelque 350 km au sud de Mexico.

Elles y reçoivent de la nourriture et une assistance médicale tandis que les autorités tentent de les reloger provisoirement.

«Il y a un groupe de criminels dans cette zone, mais on met en place des opérations pour le neutraliser», a assuré l'amiral Sergio Lara, responsable de la sécurité publique du Guerrero.

Jeudi, les premières unités de la police de l'État du Guerrero sont arrivées sur les lieux, accompagnées d'effectifs de l'armée et de la police fédérale.

Le Guerrero, producteur de marijuana et région de transit de la drogue vers d'autres régions du pays, est l'un des États mexicains les plus touchés par les activités du crime organisé.

Depuis janvier dernier, des groupes d'autodéfense armés s'y sont multipliés face aux carences des forces de sécurité.