Des affrontements entre détenus et gardiens ont fait 22 morts mardi soir dans une prison du nord du Mexique, à Gomez Palacio, dans l'État de Durango, à la suite d'une tentative d'évasion, selon un nouveau bilan établi mercredi par les autorités.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans un premier temps, le secrétariat d'État de la sécurité publique avait annoncé dans un communiqué un bilan d'au moins 11 prisonniers et six gardiens tués. Le secrétaire d'État Jesus Rosso a ensuite indiqué à la radio MVS que trois autres gardiens et un détenu blessés avaient succombé.

Un peu plus tard, le porte-parole de ce même secrétariat Fernando Rios Quiñones a annoncé à l'AFP la mort d'un autre prisonnier, portant le bilan à 22 morts (13 prisonniers et 9 gardiens).

Selon les premiers rapports des autorités, une fusillade est survenue lorsque, pour faire diversion afin de faciliter une tentative d'évasion, des détenus se sont précipités arme au poing vers les tours de garde et les emplacements réservés aux gardiens.

Plusieurs détenus ont tenté de s'enfuir par des tunnels, mais en ont été empêchés par des effectifs de l'armée envoyés en renfort, selon la même source.

M. Rosso n'a pas souhaité révéler quelles armes avaient été utilisées par les prisonniers pour s'en prendre aux gardiens. Les neuf surveillants tués ne portaient pas d'armes, conformément au règlement en vigueur lorsqu'ils se trouvent au contact des détenus.

L'ancien directeur de cet établissement avait été arrêté en 2010 pour avoir autorisé des détenus liés au cartel de drogue des Zetas à sortir pour se livrer à des règlements de compte à l'extérieur.

Les tentatives d'évasion et mutineries sont fréquentes dans les prisons mexicaines, contrôlées pour 60% d'entre elles par le crime organisé, qui en a fait des bastions hors-la-loi et des centres de recrutement, selon la Commission nationale des droits de l'homme.

En septembre dernier, 130 prisonniers étaient parvenus à s'échapper par la porte principale d'un établissement pénitentiaire à Piedras Negras (nord). En février, 44 détenus avaient été assassinés dans une prison à Apodeca, dans l'État du Nuevo Leon (nord), pour couvrir la fuite de 30 autres prisonniers membres des Zetas.

Ces deux dernières années, un total de 521 prisonniers se sont échappés lors de 14 évasions, alors que des centaines d'homicides étaient enregistrés dans les prisons mexicaines, qui comptent quelque 237 000 détenus pour environ 188 000 places, selon la Commission nationale des droits de l'homme.