Les policiers boliviens en grève depuis six jours ont mis fin mercredi à leur mouvement après avoir signé un accord salarial avec le gouvernement, ont annoncé des délégués de la police et le ministre de l'Intérieur, Carlos Romero.        

AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec cet accord sur l'augmentation des salaires de base mensuels de quelque 15 dollars, le travail de la police « se normalise » à partir de mercredi, a déclaré M. Romero.

En six jours, le conflit s'était répandu dans tout le pays. Et à La Paz, les grévistes campaient sous les fenêtres du palais présidentiel.

La déléguée des policiers de La Paz, Esther Corzon, a déclaré que l'accord avait été approuvé par les syndicats de police des neuf provinces du pays et que ses collègues avaient déjà repris leurs patrouilles dans les rues.

Le salaire de base mensuel des policiers sera augmenté de 100 boliviens (environ 15 dollars) et s'élève désormais à au moins 1945 boliviens (279 dollars), a précisé le vice-ministre de l'Intérieur chargé de la police, Jorge Pérez.

Le gouvernement de gauche du président Evo Morales, qui avait reçu le soutien de huit gouverneurs de province sur neuf, tenait à mettre fin rapidement à ce conflit, le climat social étant déjà agité depuis plusieurs mois par la mobilisation de plusieurs secteurs sociaux (mineurs, médecins, indigènes).

L'augmentation des salaires de base est rétroactive au mois de janvier. L'accord stipule aussi qu'aucun des grévistes ne sera poursuivi. Il prévoit en outre la création d'un poste de « Défenseur de la police » et l'examen de la possibilité d'une retraite avec 100 % du salaire pour les policiers.