Au moins six policiers sont morts vendredi dans des affrontements avec des paysans sans terre au cours d'une opération d'expulsion dans la localité de Curuguaty, à 250 km au nord-est d'Asuncion, et 80 personnes ont été blessées, ont annoncé des responsables locaux.                

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Pour l'instant, il y a six policiers morts », a déclaré sur la radio publique Nacional le gouverneur du département de Canindeyu, Cristina Villalba.

« Il y a quatre-vingts blessés, graves et légers », a ajouté un responsable des services sanitaires de Curuguaty, Gustavo Gonzalez.

« Les paysans ont des armes de gros calibre, comme des fusils M-16 », a affirmé Walter Gomez, responsable policier du département de Canindeyu, à la chaîne de télévision n ° 13.

Le policier a raconté que parmi les centaines d'occupants de terres menacés d'expulsion, il y avait des personnes « qui avaient un excellent maniement des armes ». « Ils ont tiré directement pour nous tuer. Nous sommes dans une situation critique », a-t-il ajouté.

Les paysans avaient envahi une réserve naturelle appartenant à un entrepreneur, Blas Riquelme. « La police s'est présentée pour l'expulsion et (les occupants) ont tiré directement pour tuer, et ils ont tué », a poursuivi le responsable policier.

Dans un bref communiqué, le président paraguayen Fernando Lugo (gauche) a exprimé « son soutien absolu » aux forces de l'ordre et présenté ses condoléances aux proches des victimes.

M. Lugo a convoqué au palais présidentiel les ministres de l'Intérieur, de la Défense et le commandant des forces armées pour analyser la situation alors que le Sénat s'est réuni en séance plénière d'urgence pour débattre de l'éventuelle instauration de l'état d'urgence dans la zone.