La police mexicaine a retrouvé les cadavres démembrés de deux gardes du corps qui travaillaient pour le gouverneur du Nuevo Leon, un État du nord du pays en proie à la guerre entre les cartels de la drogue.

ASSOCIATED PRESS

Les autorités pensent que les gardes du corps du gouverneur Rodrigo Medina ont été tués par des membres d'un cartel de la drogue. Un message laissé à côté des dépouilles accuse M. Medina d'avoir favorisé un groupe rival.

M. Medina a confirmé que les hommes faisaient partie de son équipe et a qualifié les meurtres de «lâches». Il a affirmé aux médias locaux qu'»aucun message ou menace ne stopperait (les autorités) dans (leur) combat» contre le crime organisé.

Les victimes ont été retrouvées à une intersection de Guadalupe, une banlieue de la capitale de l'État, Monterrey. La ville, la troisième en importance au Mexique et l'une des plus riches du pays, a été le théâtre d'affrontements sanglants entre les gangs de trafiquants de drogue, qui ont fréquemment attaqué des policiers.

Les violences et représailles s'enchaînent dans cette région du nord du Mexique depuis la scission fin 2009 entre les cartels du Golfe et les Zetas, considérés comme le gang le plus violent du moment. Les Zetas, formés par des déserteurs d'une unité d'élite de l'armée mexicaine, ont étendu leur territoire au point de commettre désormais des meurtres et de trafiquer de la drogue au Guatemala, situé sur la frontière sud du pays.

Les procureurs en chef du Guatemala et du Mexique se sont rencontrés mercredi pour discuter des problèmes occasionnés par les Zetas, qui sont notamment tenus pour responsables du massacre de 27 travailleurs d'un ranch de la région de Peten, au Guatemala, en mai.

La ministre mexicaine de la Justice, Marisela Morales, et son homologue guatémaltèque, Claudia Paz, ont convenu d'échanger davantage d'informations sur les cartels et de lutter contre la circulation d'armes dans la zone frontalière entre les deux pays.