Éclaboussée par des allégations de mauvaise gestion comptable, la fondation Vilaj Vilaj a tenté de rassurer ses donateurs, hier. L'organisation créée par le chanteur québécois Luck Mervil affirme que la totalité des sommes qu'elle a reçues a bel et bien été injectée dans la construction d'un village à Haïti.

Mis à jour le 31 mars 2011
Daphné Cameron LA PRESSE

La fondation Vilaj Vilaj est sur la sellette depuis quelques jours à la suite de la publication d'un reportage selon lequel elle ne tient plus ses comptes. Selon une enquête du journal Les Affaires, la fondation est incapable de dire de quelle somme elle dispose, bien qu'elle soit parvenue à amasser environ 50 000$ lors de trois concerts de l'Orchestre Symphonique de Montréal en 2010.

À l'époque, la fondation n'avait pas de compte en banque. L'argent aurait été placé dans celui du directeur général, Parnell Pierre, qui s'est aujourd'hui retiré de ses fonctions. Ce dernier affirme avoir perdu le contrôle de la comptabilité. «On dépensait à gauche, à droite. J'ai fait des paiements avec ma carte de crédit, avec l'argent de la Fondation», a-t-il admis dans le journal Les Affaires, qui soutient que l'organisme a du mal à payer ses factures.

Dans un communiqué diffusé hier après-midi, la fondation Vilaj Vilaj affirme qu'elle a utilisé les dons pour payer l'arpentage du terrain, les études nécessaires à la construction du village, ses propres frais de fonctionnement ainsi que des déplacements en Haïti. «Contrairement à ce qui a pu être insinué, la totalité des sommes reçues a été utilisée afin que cet ambitieux projet puisse voir le jour», dit le communiqué.

Nous avons tenté de joindre Luck Mervil et la porte-parole de la fondation Vilaj Vilaj en fin de journée hier. Au moment de mettre sous presse, personne n'avait rappelé.

«Il est vrai que nous avons dû procéder à certains réajustements que nécessite souvent une jeune organisation comme la nôtre. Cependant, j'assure que nous avons toujours agi et agissons en toute transparence. Afin de régulariser la situation et dissiper tout doute, nous avons confié la responsabilité à une firme comptable indépendante de produire, le plus rapidement possible, des états financiers complets et de nous accompagner dans la gestion financière de la Fondation, qui rappelons-le, existe seulement depuis quelques mois à peine», a expliqué Luck Mervil, président de la fondation Vilaj Vilaj, cité dans le communiqué.

«Il ne faut, en aucun cas, détourner notre attention du vrai problème, a-t-il ajouté, toujours dans le communiqué. Tous les gestes que nous posons n'ont qu'un seul objectif et bien réel: construire le plus rapidement possible ce village.»