Une vague de froid polaire a fait une vingtaine de morts au cours de la semaine écoulée dans le cône sud de l'Amérique latine, en plein hiver austral, mais l'heure était au redoux dans la plupart des pays mardi matin.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La chute des températures a surtout surpris dans l'est de la Bolivie, ou au Paraguay, où le mercure descend rarement en dessous de 20 degrés.

Dans le département bolivien de Santa Cruz, la température a baissé jusqu'à 4 degrés et au moins quatre personnes sont mortes de froid, a indiqué lundi la directrice des services de Santé, Carmen Pena.

Plusieurs médias font également état de quatre autres morts dans les villes andines de La Paz et Potosi (sud-ouest) ou dans celle amazonienne de Trinidad (nord-est), mais il n'y a pas eu de confirmation officielle.

La vague de froid a en outre obligé le gouvernement à fermer les écoles de lundi à mercredi dernier.

Au Paraguay, où la sensation thermique avoisinait zéro degré ces derniers jours, quatre personnes ont été retrouvées mortes dans des champs. En outre, une jeune femme de 17 ans et une personne de 68 ans ont été intoxiquées dans leur sommeil par la fumée de leur chauffage à charbon, selon la police.

Plus au sud, l'hiver austral est traditionnellement plus rude.

En Argentine, neuf personnes, surtout des sans-abri, sont mortes d'hypothermie, et le froid est aussi à l'origine du décès de 33 personnes, dont onze mineurs, en raison de l'utilisation de moyens de chauffage précaires, a rapporté dimanche l'association humanitaire Red Solidaria (Réseau solidaire).

En Uruguay, deux sans-abri sont également morts de froid.

Au Chili, aucun décès n'a jusqu'ici été recensé, mais dans le sud du pays, environ 170 personnes sont coupées du monde dans les zones rurales de la région d'Aysen, en raison des chutes de neige.

«Il y a des endroits qui n'ont plus d'électricité ni d'eau potable depuis neuf jours à cause de chutes d'arbres», a déclaré le président de la Fédération des éleveurs du sud du Chili, Marcos Peede.

Selon lui, environ 100 000 têtes de bétail (boeufs, moutons, chevaux) sont en outre en danger en raison du manque de fourrage et d'eau.