Le procès de deux anciens généraux argentins accusés de crimes contre l'humanité pendant la dictature argentine (1976-1983), s'est ouvert mardi à Tucuman dans le nord du pays, a indiqué une source judiciaire.

Mis à jour le 16 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Luciano Benjamin Menendez et Antonio Bussi sont sur le banc des accusés avec deux autres militaires et trois policiers pour l'enlèvement et la disparition de 22 personnes dans des locaux de la police de Tucuman, une ville située à 1300 km au nord de Buenos Aires.

Le même tribunal chargé de juger l'affaire avait déjà condamné à la réclusion à perpétuité en 2008 M. Menendez et M. Bussi, pour la disparition de l'ex-sénateur Guillermo Vargas Aignasse pendant la dictature qui a fait 30 000 morts et disparus selon des organisations de défense des droits de l'homme.

M. Menendez, 82 ans, ancien dirigeant du IIIe corps de l'armée dans les provinces du nord du pays, a également été condamné à la réclusion à perpétuité dans deux autres dossiers pour des cas de violations des droits de l'homme.

M. Bussi occupait de fait le poste de gouverneur de Tucuman pendant la dictature.

L'Argentine a annulé ses lois d'amnistie de la dictature en 2003, et multiplie depuis les procès contre d'anciens responsables militaires, policiers et civils.