Le Mexique est devenu la première plaque tournante du trafic de drogue mondial et ce avec le soutien particulier de la mafia calabraise, la Ndrangheta, a affirmé mardi l'écrivain italien Roberto Saviano, auteur du best-seller «Gomorra», menacé de mort par la mafia.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans une interview par vidéo-conférence accordée à des médias mexicains depuis un endroit tenu secret à Rome, l'auteur du best-seller adapté au cinéma a expliqué que pendant longtemps, «on pensait que la Colombie était le numéro un (du trafic de drogue) et on ne s'est pas rendu compte à quel point le Mexique avait avancé» dans ce domaine.

L'auteur, qui prépare un livre sur ce nouveau rôle du Mexique, a estimé que le problème du trafic des stupéfiants devait être attaqué et résolu avant tout dans ce pays.

Le Mexique connaît une violence sans précédent dans les règlements de comptes entre bandes de trafiquants, qui ont fait plus de 6400 morts en 2008.

Les autorités chargées de la lutte anti-drogue n'ont pas attaché jusqu'ici assez d'importance ni au Mexique ni à l'Italie, a poursuivi M. Saviano.

La drogue arrive via le Mexique d'un côté aux Etats-Unis et de l'autre en Afrique, et de ce dernier continent elle passe en Europe, «un mouvement que contrôlent les cartels italiens», a-t-il expliqué.

M. Saviano a estimé que les autorités mexicaines avaient tardé à prendre la mesure du phénomène et qu'elles n'arriveraient pas seules, ni avec l'aide des Etats-Unis, à combattre le fléau si cette lutte ne devient pas une priorité internationale au même degré que le terrorisme.

Roberto Saviano vit dans la clandestinité depuis la parution en 2006 de son roman sur la Camorra, la mafia napolitaine, qui lui a valu des menaces de mort de cette dernière.