Le président colombien Alvaro Uribe a promis samedi d'annoncer rapidement des mesures destinées à lutter contre l'épargne pyramidale et à aider les centaines de milliers de Colombiens ruinés par la fermeture d'une entreprise qui proposait ce système d'épargne frauduleux.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous préparons une législation d'urgence. Nous allons tout faire pour l'adopter dès demain (dimanche)», a déclaré le chef de l'Etat colombien. La police a pour sa part annoncé avoir déjà saisi plus de 30 millions de dollars en possession d'une société, DRFE, qui a ruiné des milliers d'épargnants qu'elle avait attiré en proposant des taux d'intérêts mirifiques, jusqu'à 300%, et a fini par leur faire défaut, en début de semaine.

L'épargne pyramidale consiste à verser les intérêts promis avec l'argent de nouveaux épargnants et abouti la plupart du temps à la faillite des sociétés qui la pratiquent, quand ses gérants ne disparaissent pas purement et simplement avec l'argent des épargnants.

En Colombie, des centaines de milliers de personnes ont été affectées, entraînant des violences qui ont fait au moins deux morts depuis mardi.

L'affaire a entraîné la démission vendredi du directeur de l'organisme chargé de surveiller les institutions financières et les cris d'alarme des représentants des commerçants qui craignent que la consommation ne soit durement affectée par la fermeture de DRFE et d'autres sociétés du même type.

Le gouvernement a promis de fixer des modalités permettant le remboursement des sommes saisies aux plus pauvres des épargnants touchés.

Selon la police, outre DRFE, quelque 240 entités auraient proposé ce type d'épargne et quelque 870 millions de dollars pourraient être en jeu.