Le leader du célèbre groupe rock irlandais U2, Bono, dorénavant aussi connu pour son militantisme international que pour ses succès musicaux, est accusé par le journaliste et activiste environnemental George Monbiot de «voler la voix des Africains» en prétendant leur venir en aide.

Publié le 27 juin 2013
LA PRESSE

Dans une tribune du Guardian, signée le 17 juin, journal dans lequel écrit chaque semaine M. Monbiot, le reporter soutient que Paul Hewson, alias Bono, joue en fait le jeu des multinationales de l'agroalimentaire par l'entremise de programmes alimentaires dont il fait la promotion, programmes qui favorisent ultimement «le pillage» des terres africaines par les entreprises occidentales, selon l'auteur.

Ainsi, la Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition, lancée en 2012 aux États-Unis et vantée par Bono lors d'un discours devant le G8 la même année, se voulait en fait une promesse d'aide de la Grande-Bretagne et d'autres pays du G8 contre des accords permettant aux Monsanto, Nestlé et autres Unilever de ce monde de «breveter leurs graines», monopoliser le marché alimentaire africain et s'accaparer les terres du continent noir. 

À lire sur slate.fr et guardian.co.uk