Sa population a diminué de 1,5 million en un peu plus de deux décennies, passant de 5 millions à 3,5 millions depuis la dissolution de l'URSS, en 1991. Un taux de natalité faible combiné à un des taux d'avortement les plus élevés au monde font craindre les démographes qui prédisent la disparition de la «nation géorgienne» d'ici 50 ans, si les chiffres actuels se maintiennent.

LA PRESSE

Selon le Patriarche Ilia II, la solution pour parvenir à relancer la démographie géorgienne réside dans l'interdiction de l'avortement. Si le premier ministre milliardaire Bidzina Ivanichvili soutient l'homme d'Église, il privilégie surtout la piste économique, afin «d'améliorer avant tout la situation sociale des gens», pour arriver à repeupler la terre natale de Joseph Djoughachvili plus connu sous le nom de Stalline.

À lire sur courrierinternational.com