Venus du Bangladesh en espérant l'asile politique, ils gagnent quelques euros par jour dans les cafés et restaurants parisiens.

Mis à jour le 14 févr. 2009
CYBERPRESSE

 Ce samedi, c'est la Saint-Valentin. Le cadeau préféré des hommes pressés: un bouquet de roses rouges, en nombre impair. Dans l'urgence, quelques amoureux transis achèteront sûrement leur bouquet à des vendeurs à la sauvette.

Des fleuristes ambulants, qui, le reste de l'année, font partie du décor. N'intéressent personne et sont écartés avec une pointe de sarcasme: «Non merci, nous ne sommes pas ensemble!»

 

>>> Lire la suite sur rue89.com