(Brazzaville) Le nombre hebdomadaire de cas de COVID-19 a « considérablement chuté » en Afrique et celui des décès a également baissé, pour la première fois depuis le pic de la 4e vague induite par le variant Omicron, a annoncé jeudi l’OMS.

Publié le 20 janvier
Agence France-Presse

« Ce déclin met fin à la flambée la plus courte que le continent ait connue, qui a duré 56 jours », souligne le bureau régional Afrique de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) dans un communiqué diffusé à l’issue d’un point de presse hebdomadaire.

« Le nombre de nouveaux cas notifiés a chuté de 20 % en une semaine à la date du 16 janvier, tandis que le nombre de décès a baissé de 8 % », précise l’organisation onusienne dans ce texte.

L’OMS Afrique ajoute que l’Afrique du Sud, où le variant Omicron a été séquencé en premier, a enregistré une tendance à la baisse au cours des quatre dernières semaines.  

Seule l’Afrique du Nord a signalé une augmentation du nombre de cas la semaine passée, avec un pic de 55 %, ajoute-t-elle.  

Toutefois, « tant que le virus continue de circuler, de futures vagues sont inévitables », a estimé lors du point de presse la Dr Matshidiso Moeti, directrice de l’OMS pour l’Afrique.

Le continent « doit non seulement généraliser la vaccination, mais aussi obtenir un accès élargi et équitable aux traitements essentiels » de la COVID-19, a-t-elle déclaré.

Le taux de vaccination reste faible en Afrique avec, selon l’OMS, seulement 10 % de la population entièrement vaccinée.