(Kano) L’État de Zamfara dans le nord du Nigeria a rouvert une partie de ses écoles lundi quatre mois après leur fermeture en raison d’enlèvements de masse par des gangs criminels, a annoncé le gouvernement local.

Publié le 17 janvier
Agence France-Presse

Les écoles avaient été fermées en septembre à la suite de l’enlèvement de 80 élèves d’un établissement du secondaire dans le village de Kaya. Le nord-ouest du Nigeria est la cible d’une vague d’enlèvements de masse.

Le centre et le nord-ouest du Nigeria sont depuis des années le théâtre de gangs criminels, appelés localement « bandits », qui attaquent les villages, volent le bétail, pillent et tuent les habitants.

Les bandes criminelles ont graduellement orienté leurs activités vers les enlèvements d’écoliers afin d’obtenir des rançons des parents.

Au total, 115 écoles ont rouvert lundi et 85 autres sont restées fermées « jusqu’à ce que la situation sécuritaire s’améliore », selon un communiqué du ministère de l’Éducation de l’État.

Environ 1500 écoliers ont été kidnappés par ces bandes l’an dernier au cours de 20 enlèvements de masse dans la région et 16 élèves y ont perdu la vie, selon l’agence des Nations unies pour l’enfance (UNICEF).  

La plupart des otages ont été libérés après des négociations, mais certains demeurent en captivité.

Des centaines d’écoles ont été fermées en raison de ces enlèvements dans les États de Katsina, Kaduna, Zamfara, Niger, Sokoto et Jigawa.