(Kano) Un adolescent, condamné en août à dix ans de prison pour « blasphème » par un tribunal islamique, a été acquitté jeudi par la cour d’appel de Kano, dans le nord du Nigeria, selon le jugement consulté par l’AFP.

Agence France-Presse

« Le jugement du tribunal de la Charia est annulé pour manque de crédibilité, considérant que l’accusé est mineur », a jugé la Cour d’appel.  

Il avait prononcé des jurons religieux

Les charges contre Umar Farouk, âgé de treize ans lors de sa condamnation, « sont abandonnées et il est acquitté », poursuit le jugement.  

En août dernier, le tribunal appliquant la Charia — la loi islamique en vigueur dans de nombreux états à majorité musulmane du nord du Nigeria — avait condamné à dix ans de travaux forcés l’adolescent, jugé pour avoir utilisé un langage grossier contre Dieu au cours d’une dispute avec l’un de ses amis.  

Ce jugement avait alors suscité une indignation internationale et été condamné par plusieurs gouvernements étrangers et les associations de défense des droits humains.  

Nouveau procès pour un musicien condamné à mort

La Cour d’appel de Kano a également demandé jeudi dans un autre jugement qu’un musicien de 22 ans, condamné en août à la peine de mort pour blasphème contre Dieu, soit rejugé.  

La Cour a estimé que Aminu Sharif, âgé de 22 ans, n’avait pas eu de représentation légale lors de son procès devant le tribunal islamique.  

Il avait été jugé coupable d’avoir insulté le Prophète dans l’une de ses chansons.  

La ville de Kano avait été agitée par des manifestations après la diffusion en mars sur les réseaux sociaux, de la chanson à l’origine de cette condamnation.

Les manifestants avaient mis le feu à la maison familiale d’Ibrahim Said Sharif et ils avaient défilé dans les rues de la ville pour réclamer son arrestation.  

C’est la deuxième fois qu’une peine de mort est prononcée pour blasphème depuis que plusieurs états du nord du Nigeria ont adopté au début des années 2000 une version stricte de la charia.

Abdul Nyass, un religieux appartenant à la même confrérie soufie que Ibrahim Said Sharif, avait déjà été condamné à mort pour blasphème par une cour islamique de Kano en 2015.

Les tribunaux islamiques du nord du Nigeria fonctionnent en parallèle du système judiciaire étatique.