(Nouakchott) Amnistie internationale s’est dite mercredi « extrêmement préoccupée » par l’interpellation en Mauritanie de deux célèbres féministes et militantes des droits humains, accusées aux côtés de 12 autres personnes de porter préjudice à l’unité nationale et au caractère religieux de cette république islamique d’Afrique de l’Ouest.

Agence France-Presse

Une source judiciaire à Nouakchott a confirmé à l’AFP l’arrestation la semaine dernière de 14 personnes, dont quatre ont été remises en liberté mais restent poursuivies.

Lors d’une audience mardi devant un tribunal de Nouakchott, le procureur a renvoyé leurs dossiers à la sûreté de l’État, chargée de « clarifier et d’approfondir certains aspects de l’enquête », selon cette source.  

La laïcité en procès

Dans un volet du dossier, l’audience a surtout porté sur la laïcité que prôneraient certains des prévenus, membres présumés de l’Alliance pour la refondation de l’État mauritanien (AREM), un mouvement créé en début d’année à Paris. Son manifeste fondateur prône un « divorce avec les vieilles pratiques de mauvaise gouvernance, d’injustice et d’impunité ».

Les militants de l’AREM sont « soupçonnés de porter préjudice à l’unité nationale, à la cohésion sociale, et à la religion, alors que la Mauritanie est une république islamique », selon la source judiciaire.

CARTE : GOOGLE MAPS

La Mauritanie fut une colonie française de 1902 à 1960.

Parmi les personnes poursuivies figurent deux personnalités connues depuis des années pour leur défense des droits humains, en particulier des femmes, Aminetou Mint El Moctar et Mekfoula Mint Brahim, a confirmé à l’AFP François Patuel, chercheur à Amnistie pour l’Afrique de l’Ouest.

Aminetou Mint El Moctar est la deuxième vice-présidente de l’AREM, selon le manifeste de l’association. Elle a été remise en liberté sous contrôle judiciaire, a indiqué Amnistie internationale.

Lauréate d’un prix des droits humains

Mekfoula Mint Brahim, lauréate du Prix Franco-Allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit en 2018 et décorée de la Légion d’honneur française en décembre, a également été remise en liberté conditionnelle, selon l’ONG. « Sans tabou, elle soutient le mouvement de la jeunesse mauritanienne en faveur de la laïcité et de la liberté d’orientation sexuelle », peut-on lire à son propos sur le site de l’ambassade de France en Mauritanie.

AMBASSADE D’ALLEMAGNE EN MAURITANIE

Mekfoula Mint Brahim (à d.), recevant de l’ambassadrice d’Allemagne, Gabriela Guellil, le Prix Franco-Allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit en 2018 à l’ambassade d’Allemagne en Mauritanie.

Mekfoula Mint Brahim avait été interpellée pour avoir accueilli dans son auberge une réunion de l’AREM, dont elle se défend d’être membre, selon une source judiciaire.

« Nous savons qu’elle est poursuivie pour avoir hébergé une réunion sans avoir notifié les autorités. Pour les autres personnes arrêtées, les chefs d’inculpation ne sont pas clairs », a dit M. Patuel, disant ignorer de qui il s’agit exactement.

« Prises en flagrant délit » d’avoir distribué des bibles

Un autre volet de l’affaire concerne trois personnes « prises en flagrant délit de distribution de copies de la Bible », selon une source proche du dossier.

Après l’arrivée au pouvoir en août d’un nouveau président, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, Amnistie avait appelé le pouvoir à « mettre fin au harcèlement judiciaire dont font l’objet les défenseurs des droits humains », a rappelé M. Patuel. « Nous réitérons cet appel et nous demandons la libération immédiate de ces personnes si elles sont uniquement poursuivies pour avoir exercé leur liberté d’expression et de rassemblement ».