La police ougandaise a déclaré avoir arrêté des «suspects» impliqués dans l'enlèvement, la semaine dernière, d'une touriste américaine et de son guide de safari, libérés ensuite en échange d'une rançon.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Tous ceux qui ont été arrêtés sont soupçonnés d'être derrière l'enlèvement» de Kimberly Endicott et Jean-Paul Mirenge, a déclaré le porte-parole de la police, Fred Enanga.

«Pour l'instant, je ne peux pas donner le nombre de personnes arrêtées, mais les arrestations ont eu lieu et les enquêtes sont en cours», a-t-il ajouté.

La touriste américaine et son chauffeur ougandais avaient été enlevés le 2 avril par des hommes armés dans le parc national de Queen Elizabeth, frontalier de la RDC.  

L'agence organisatrice du safari avait annoncé dimanche leur libération contre le versement d'une rançon d'un montant non précisé. La police avait déclaré peu après l'enlèvement que les ravisseurs avaient réclamé 500 000 dollars.

M. Enanga a précisé que les suspects avaient été arrêtés dans la région de Kanungu, à la frontière avec la République démocratique du Congo.  

«L'opération d'arrestation d'autres suspects s'étend aux zones voisines où nous soupçonnons que les suspects pourraient se cacher», a-t-il ajouté.

Le président Trump avait exhorté lundi les autorités ougandaises à arrêter et juger les ravisseurs.

«L'Ouganda doit trouver les ravisseurs de la touriste américaine et de son guide pour que les gens se sentent suffisamment en sécurité pour aller là-bas. Il faut les traduire en justice et rapidement!», avait-il tweeté.

Le président ougandais Yoweri Museveni avait de son côté affirmé que son pays était «sûr» malgré l'enlèvement, ajoutant que les autorités «s'occuperaient de ces groupes isolés de criminels» et continueraient «à améliorer la sécurité» des parcs.

Le parc Queen Elizabeth, un des plus connus d'Afrique de l'Est et qui s'étend sur 1978 kilomètres carrés, est situé le long de la frontière est de la RDC, une région instable où pullulent groupes armés et milices.

Le tourisme est un secteur clé de l'économie ougandaise et une des principales sources de devises étrangères. L'Ouganda accueille chaque année des centaines de milliers de touristes.