Le nombre d'habitants du Zimbabwe touchés par le cyclone Idai et les inondations atteint désormais les 200 000 dans les régions situées près de la frontière du Mozambique, a annoncé jeudi l'ONU.

Mis à jour le 21 mars 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'estimation initiale était jusqu'alors de 15 000 sinistrés, mais le porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM) Hervé Verhoosel a déclaré aux journalistes à Genève que le chiffre avait été nettement revu à la hausse après une nouvelle analyse de la situation sur place.

Les conditions dans le district de Chimanimani, dans l'est du Zimbabwe, « sont très mauvaises », a-t-il dit.

« Environ 90 % du district a été endommagé de façon importante », a-t-il ajouté.

La radio-télévision d'État ZBC a également revu à la hausse le bilan des morts, qui s'élève désormais à 139.  

Le cyclone Idai a balayé dans la nuit du 15 au 16 mars le Mozambique, l'est du Zimbabwe et le Malawi.  

Au Mozambique, pays le plus durement frappé, quelque 400 000 personnes ont été déplacées, selon l'ONU. Et le porte-parole du PAM, citant des statistiques gouvernementales, précise que 600 000 personnes ont été touchées par le cyclone et les inondations.  

Mais « ce chiffre va certainement augmenter », a dit M. Verhoosel aux médias. Le PAM pense qu'au total, 1,7 million de Mozambicains vont avoir besoin d'aide.

Au moins 15 000 personnes ont encore besoin d'être secourues rapidement dans les zones inondées au Mozambique, a annoncé jeudi le ministre de l'Environnement Celso Correia, qui a ajouté que le nombre de morts atteignait les 217.