Source ID:; App Source:

Un demi-million d'enfants malnutris en danger de mort autour du Lac Tchad

Cinq millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire aiguë... (Photo Finbarr O'Reilly, REUTERS)

Agrandir

Cinq millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire aiguë et environ la moitié des enfants de moins de 5 ans -- 490 000 au total -- souffrent de malnutrition grave, selon des chiffres des Nations unies.

Photo Finbarr O'Reilly, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Genève

L'ONU a averti vendredi qu'un demi-million d'enfants sévèrement malnutris autour du Lac Tchad avaient besoin d'une aide vitale, soulignant que le financement des besoins humanitaires était loin d'être suffisant.

Les responsables de l'aide dans les pays bordant le lac -- Nigeria, Niger, Tchad et Cameroun --  ont déclaré lors d'une conférence de presse à Genève que moins d'un tiers des 1,5 milliard de dollars nécessaires pour cette année avait été récolté.

Près d'une décennie après le chaos créé par l'insurrection des islamistes de Boko Haram au Nigeria d'abord, puis dans les pays voisins, les crises sécuritaires et humanitaires dans la région restent «graves», a indiqué Bintou Djibo, coordinateur humanitaire de l'ONU pour le Niger.

Cinq millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire aiguë et environ la moitié des enfants de moins de 5 ans -- 490 000 au total -- souffrent de malnutrition grave, selon des chiffres des Nations unies. «Sans traitement, ils risquent de mourir», a averti M. Djibo.

Par ailleurs, quelque 2,4 millions de personnes ont été déplacées par le conflit avec les islamistes et le manque de nourriture, alors que des millions sont menacées d'attaques mortelles, d'enlèvements et de violences sexuelles.

Au Nigeria, où l'insurrection de Boko Haram a débuté en 2009 et où au moins 20 000 personnes ont été tuées dans les violences, «nous sommes face à une crise de protection majeure», a dit Edward Kallon, coordinateur humanitaire de l'ONU dans ce pays.

Malgré les succès militaires remportés contre les jihadistes, il a souligné que Boko Haram «est encore une force puissante».

Depuis 2013, plus d'un millier d'enfants dans le nord-est du Nigeria ont été enlevés par des groupes armés et beaucoup ont été contraints de mener des attaques avec des explosifs attachés autour de leur taille.

M. Kallon a indiqué que 160 femmes et enfants ont été utilisés comme «bombes humaines» depuis janvier 2017.

Mais les islamistes contrôlent toujours des enclaves, avec environ 930 000 personnes qui «ne sont pas accessibles aux travailleurs humanitaires».

Il a estimé à près de 200 000 le nombre de personnes qui ont réussi à fuir ces enclaves, parmi lesquelles beaucoup étaient «extrêmement malnutris».

Au total, a précisé M. Kallon, 1,6 million de personnes ont été déplacées à l'intérieur du Nigeria et près d'un million sont sévèrement malnutris.

M. Kallon a rappelé qu'«un financement insuffisant (...) signifie des coupes dans les rations alimentaires», mais peut aussi pousser les personnes les plus vulnérables à se prostituer ou à rejoindre l'insurrection.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer