Source ID:; App Source:

Tractations de paix au Soudan du Sud, où l'on craint un génocide

Les États-Unis, pays qui a le plus oeuvré... (Photo TIKSA NEGERI, Reuters)

Agrandir

Les États-Unis, pays qui a le plus oeuvré à la naissance du Soudan du Sud par la partition du Soudan, ont multiplié les pressions pour éviter un éclatement du pays. Sans résultat jusqu'ici. (photo: John Kerry lors de son arrivée dans la capitale éthiopienne Addis Ababa, mercredi soir)

Photo TIKSA NEGERI, Reuters

Nicolas REVISE
Agence France-Presse
Addis Abeba, Éthiopie

La guerre civile qui déchire le Soudan du Sud va monopoliser jeudi le secrétaire d'État John Kerry en visite à Addis Abeba qui accueille de laborieuses tractations de paix pour cette jeune nation, où l'ONU redoute un génocide.

Arrivé mercredi soir dans la capitale éthiopienne, le chef de la diplomatie américaine entame sa première véritable tournée africaine qui le conduira également jusqu'au 5 mai en République démocratique du Congo (RDC) et en Angola.

Au cours d'entretiens avec des dirigeants de l'Union africaine (UA) et ses homologues éthiopien, kényan et ougandais réunis à Addis Abeba, John Kerry doit se pencher au chevet des plus sanglants conflits du continent: Soudan du Sud, mais aussi République centrafricaine (RCA), Somalie et RDC.

Pour le Soudan du Sud - plus jeune État du monde né en juillet 2011 sous parrainage des États-Unis - M. Kerry va «pousser les deux parties (belligérantes) à honorer l'accord de cessation des hostilités qu'ils ont signé et qu'ils n'ont jamais respecté», a indiqué un diplomate américain voyageant avec son ministre et quelques journalistes.

Un cessez-le-feu a en effet été paraphé le 23 janvier à Addis Abeba mais il est resté lettre morte. Les discussions ont repris lundi dans la capitale éthiopienne.

«Pas de solution militaire» au Soudan du Sud

Les combats, qui ont déjà fait des milliers de morts, opposent depuis la mi-décembre l'armée fidèle au président Salva Kiir aux troupes loyales à son ancien vice-président Riek Machar et se sont accompagnés de massacres et d'exactions contre les civils sur des bases ethniques. À la rivalité entre MM. Kiir et Machar, se greffent de vieux antagonismes entre Dinka et Nuer, les deux principales communautés du pays dont ils sont respectivement issus.

«Les deux camps pensent qu'ils peuvent l'emporter militairement», mais «il n'y a pas de solution militaire», a fait valoir le responsable du département d'État. À ses yeux, le conflit sud-soudanais «n'est pas une bataille entre Dinka et Nuer, c'est une bataille personnelle entre Riek Machar et Salva Kiir».

En conséquence Washington «va délivrer des messages durs aux deux parties pour leur signifier qu'elles seront tenues responsables si elles ne prennent pas les mesures nécessaires pour mettre fin aux hostilités».

Pour autant, John Kerry ne devrait pas annoncer de sanctions contre les belligérants, a admis le diplomate américain, même si son administration «travaille sur une liste d'individus». Le cadre juridique pour ces sanctions est prêt depuis un décret présidentiel signé par Barack Obama le 3 avril.

Les États-Unis, pays qui a le plus oeuvré à la naissance du Soudan du Sud par la partition du Soudan, ont multiplié les pressions pour éviter un éclatement du pays. Sans résultat jusqu'ici.

Mais le temps presse selon l'ONU qui a averti mercredi que le pays était «au bord de la catastrophe» et qui a clairement évoqué le risque d'un génocide en faisant une référence au drame du Rwanda, il y a tout juste 20 ans.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Soudan du Sud: 9000 enfants au combat

    Afrique

    Soudan du Sud: 9000 enfants au combat

    Plus de 9000 enfants combattent au sein des forces des deux camps qui s'affrontent depuis mi-décembre au Soudan du Sud, a déclaré mercredi à Juba la... »

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer