Au moins 29 personnes sont mortes en Afrique du Sud dans un nouvel accident causé par un poids lourd, un carnage qui expose encore une fois le problème des nombreux camions circulant sur les routes du pays faute de lignes ferroviaires de marchandises.

Publié le 12 nov. 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'accident s'est produit dans la province du Mpumalanga près de la ville de Kwaggafontein, à 100 kilomètres au nord-est de Pretoria. Selon les informations des premiers secours, le camion a tenté d'éviter un bus en stationnement sur la route et a percuté un autre autocar qu'il n'avait pas vu arriver.

«Au moins 29 personnes ont été tuées», a indiqué Joseph Mbuza, le porte-parole des secours de la province du Mpumalanga. Trois des blessés sont morts à l'hôpital et huit ont été transportés dans un état critique, selon le porte-parole.

La compagnie d'autocar Putco, qui a indiqué à l'agence de presse sud-africaine Sapa que le conducteur du bus était décédé, n'était pas joignable dans l'immédiat.

Le ministère sud-africain des Transports a ordonné une enquête de haut niveau tout en promettant de faire avancer les projets d'extension de cette route et d'y réduire le nombre de camions.

«Nous nous efforçons de transférer le transport de charges lourdes de la route vers le rail pour réduire le nombre de camions sur le réseau routier», a souligné Tiyani Rikhotso, un porte-parole.

«Ce carnage doit cesser. C'est complètement inacceptable. Le fait que cette route est connue (comme dangereuse) signifie que quelque chose ne va pas, que nous devons résoudre ensemble», a pour sa part déclaré le président Jacob Zuma, dans un message de condoléances aux familles.

En septembre, le président Zuma s'était rendu sur le chantier de construction d'une ligne ferroviaire dans la même province et avait souligné l'importance de réduire le transport de charbon par la route, ainsi que le nombre de camions, dont le passage endommage les chaussées.

Les routes d'Afrique du Sud sont parmi les plus dangereuses du monde.

Le taux de mortalité routière est comparable à celui de pays africains moins développés et dotés de moins bonnes routes.

L'alcool et la vitesse excessive sont les principales causes d'accident tandis que les automobilistes doivent partager la route avec des camions miniers, lents et encombrants.

Début septembre, un semi-remorque a fait 24 morts en fonçant à une heure de pointe dans quatre minibus taxis et deux voitures à un carrefour fréquenté d'un faubourg de Durban (est) dont le maire a évoqué la possibilité à terme d'interdire les camions dans l'agglomération.