Source ID:; App Source:

Zimbabwe: la Cour constitutionnelle exige la présidentielle au plus tard en juillet

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe.... (PHOTO JEKESAI NJIKIZANA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe.

PHOTO JEKESAI NJIKIZANA, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
HARARE

La Cour constitutionnelle du Zimbabwe a ordonné vendredi au président Robert Mugabe de fixer la date des élections générales qui doivent se tenir «au plus tard le 31 juillet», le premier ministre plaidant pour un scrutin le 30 octobre.

«Il est ordonné (à M. Mugabe) de proclamer le plus tôt possible la date de l'élection présidentielle, des élections générales et locales (...) scrutins qui doivent se tenir au plus tard le 31 juillet 2013», a déclaré le juge suprême Godfrey Chidyausiku.

La Cour constitutionnelle, dernière instance d'appel au Zimbabwe, a statué après la saisie des tribunaux par un journaliste pigiste zimbabwéen, Jealous Mawarire, reprochant à M. Mugabe de tarder à annoncer le calendrier électoral.

Le Parlement zimbabwéen doit être dissout le 29 juin après quatre ans de législature, et le plaignant estimait qu'on ne peut pas attendre pour tenir les élections et rester des mois sans Parlement, sans risquer de détruire les fondements de la démocratie.

Faux, a rétorqué le bureau du premier ministre. La Constitution «est claire (...) et l'exécutif peut continuer pour un maximum de quatre mois» après la dissolution du Parlement, «ce qui signifie que les élections doivent se tenir le 30 octobre», a indiqué dans un communiqué son porte-parole Luke Tamborinyoka, accusant la Cour constitutionnelle d'outrepasser ses compétences.

Les élections au Zimbabwe doivent mettre fin au fragile gouvernement de cohabitation instauré sous la pression internationale en 2009 pour éviter une guerre civile, après les violences qui avaient fait environ 200 morts entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2008.

Reste que le pays ne s'est pas remis de 10 ans d'une ruineuse crise économique et cherche quelque 132 millions de dollars pour financer l'organisation du scrutin.

Les médiateurs de la communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), qui avaient obtenu un accord de cohabitation il y a quatre ans, «tiendra en juin un sommet consacré aux progrès et à la feuille de route pour les élections», a précisé à l'AFP Lindiwe Zulu, membre de l'équipe.

Le sommet, qui portera notamment sur le financement du scrutin et la possibilité pour les pays voisins d'aider le Zimbabwe, aura lieu à Maputo à une date encore à préciser.

M. Mugabe, au pouvoir de façon ininterrompue depuis 1980 dans un pays qu'il a conduit à l'indépendance puis à la crise économique, entend une nouvelle fois se succéder à lui-même.

Son principal adversaire, le premier ministre Morgan Tsvangirai, redoute que le pays n'ait pas eu assez de temps, depuis la promulgation d'une nouvelle Constitution, pour assurer les conditions d'un scrutin libre.

La nouvelle Constitution, adoptée par référendum en mars, limite pour la première fois le pouvoir présidentiel à deux mandats, soit 10 ans maximum, mais ne s'applique pas rétroactivement à M. Mugabe, 89 ans et plus vieux chef d'État africain.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer