Trois photos du corps ensanglanté d'Eugène Terre'Blanche, le leader extrémiste sud-africain assassiné en avril 2010, ont été brièvement publiées sur Facebook, avant même d'être présentées au tribunal où sont jugés ses meurtriers présumés, a indiqué le ministère public vendredi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les images de son corps découpé à coups de machette et sa tête battue ont été publiées sur la page d'un groupe appelé «Krisis Boere Aksie» (Action de crise afrikaner) sur le réseau social Facebook, qui inclut des commentaires racistes accompagnant des centaines de photos de Blancs morts ou battus.

Elles avaient été retirées vendredi matin.

«Nous travaillons en étroite collaboration avec la police afin que l'affaire soit étudiée, pour une action éventuelle contre les responsables», a indiqué Mthunzi Mhaga, porte-parole du Ministère public, pointant que la plupart des photos en question n'avaient pas encore été présentées au tribunal.

Deux ouvriers agricoles noirs passent en jugement depuis lundi pour le meurtre d'Eugène Terre'Blanche dans sa ferme des environs de Ventersdorp (nord), le 3 avril 2010.

Les deux hommes -âgés de 16 et 29 ans- sont accusés d'avoir battu à mort le co-fondateur du Mouvement de résistance afrikaner (AWB), un groupe d'extrême-droite farouche partisan de l'apartheid et avocat de la suprématie de la race blanche.

Ils ont plaidé non-coupable. L'adolescent, qui avait quitté l'école pour travailler comme bouvier pour Terre'Blanche, nie toute implication dans le meurtre. L'autre accusé, Chris Mahlangu, affirme qu'il a agi en légitime défense.

Le procès doit s'achever le 21 octobre.

Les Afrikaners sont des descendants des premiers colons européens en Afrique du Sud.