Plus de 1 000 personnes accusées de se livrer à la sorcellerie ont été interpellées en Gambie depuis qu'une campagne ciblant les sorciers présumés a été lancée dans le pays, a déclaré jeudi à l'AFP une source policière.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je peux honnêtement vous confirmer que depuis le début de ces opérations qui ciblent la sorcellerie, plus de 1 000 personnes ont été interpellées - accusées d'être des sorciers - dont la plupart ont été retenues pendant au moins cinq jours et ensuite relâchées» a indiqué cette source policière, requérant l'anonymat.

Selon la même source, de nombreux officiers de police désapprouvent cette traque des prétendus sorciers, mais disent qu'il s'agit d'«un ordre venu d'en haut» et redoutent de perdre leur poste s'ils ne coopèrent pas.

La Gambie, ex-colonie britannique, enclavée dans le Sénégal, est dirigée depuis 1994 par Yahya Jammeh.

Amnesty international avait affirmé mercredi, dans un rapport, que plus d'un millier de personnes accusées d'être des sorciers «avaient été enlevées de leurs villages», «détenues dans des lieux secrets» et contraintes par de prétendus guérisseurs de sorciers de boire des «breuvages hallucinogènes».

En 2007, le chef de l'État avait lui-même prétendu avoir des dons de guérisseur, affirmant pouvoir soigner des personnes atteintes du sida «en quelques jours» avec un traitement à base de plantes et de versets du Coran.