Deux fosses communes qui pourraient contenir jusqu'à 2 000 cadavres ont été découvertes dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ont annoncé mercredi les autorités.

ASSOCIATED PRESS

Le ministre de la Justice Luzolo Bambi a expliqué à des journalistes que les fosses communes avaient été mises au jour samedi dans la localité de Bukavu, sur un terrain qui avait autrefois appartenu à un membre du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), un groupe rebelle soutenu par le Rwanda. Le RCD a par le passé contrôlé la majeure partie de l'est du Congo-Kinshasa. Il est devenu un parti politique en 2003. Nombre de ses principaux dirigeants ont intégré le gouvernement.

Le nouveau propriétaire a découvert les restes humains alors qu'il avait entrepris d'effectuer des travaux pour installer une fosse septique.

«Une enquête est ouverte pour déterminer la période où toutes ces vies ont enterrées» ainsi que «les circonstances et les auteurs de ces actes,» a déclaré M. Bambi.

La télévision d'État a diffusé l'information en montrant des images des squelettes et en parlant des restes humains de 2 000 personnes.

La Mission des Nations Unies au Congo (MONUC) a expliqué avoir été informée par voie de presse. «Dès que l'unité des droits de l'Homme de la MONUC a appris la nouvelle, nos agents sont descendus sur place et ont constaté qu'il y avait deux fosses communes ouvertes avec des restes humains», a déclaré Madnodje Mounoubai, porte-parole de la MONUC. «Nous avons demandé au procureur général de sécuriser le coin et de mener des enquêtes sérieuses».