(Washington) Le conseiller de Joe Biden pour la sécurité nationale Jake Sullivan s’est entretenu mercredi avec le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev, lors du premier échange officiel de haut niveau entre les États-Unis et la Russie depuis l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février.

Publié le 16 mars
Agence France-Presse

« M. Sullivan a dit au général Patrouchev que si la Russie est sérieuse au sujet de la diplomatie, alors Moscou doit cesser d’attaquer les villes ukrainiennes », a déclaré la Maison-Blanche dans un communiqué.

Le conseiller du président américain a aussi « réitéré l’opposition ferme et claire des États-Unis à l’invasion gratuite et injustifiée de l’Ukraine par la Russie », selon ce compte-rendu.

Il a promis de « continuer à en faire payer le prix à la Russie, de soutenir la défense de la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, et de renforcer le flanc oriental de l’OTAN », a ajouté la présidence américaine.

« M. Sullivan a aussi mis en garde le général Patrouchev au sujet des conséquences et implications d’une éventuelle décision russe d’avoir recours à des armes chimiques ou biologiques en Ukraine », a conclu la Maison-Blanche.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait annulé une rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov qui aurait dû se tenir au moment de l’invasion russe, en raison de la reconnaissance par Moscou de deux régions séparatistes de l’est de l’Ukraine.

Depuis, et jusqu’à l’échange de mercredi, les dirigeants des deux pays n’avaient eu aucun contact officiel. Les États-Unis avaient laissé d’autres pays, comme la France, l’Allemagne, la Turquie ou Israël, tenter d’engager des médiations auprès de Moscou.