(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4 472 486 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi à 6 h.  

Agence France-Presse

Plus de 214 500 660 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils excluent les révisions réalisées a posteriori par certains organismes statistiques, qui concluent à un nombre bien plus important de morts.  

L’OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à la COVID-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé. Une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques reste aussi non détectée malgré l’intensification du dépistage dans de nombreux pays.  

Sur la journée de jeudi, 10 907 nouveaux décès et 713 070 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.  

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1238 nouveaux morts, le Brésil (920) et le Mexique (835).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 633 564 décès pour 38 384 553 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 577 565 morts et 20 676 561 cas, l’Inde avec 436 861 morts (32 603 188 cas), le Mexique avec 256 287 morts (3 291 761 cas), et le Pérou avec 198 064 morts (2 146 169 cas).  

Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 601 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Hongrie (311), la Bosnie (298), la République tchèque (284), la Macédoine du Nord (278) et le Brésil (272).  

L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient, vendredi à 6 h, 1 430 995 décès pour 42 978 351 cas, l’Europe 1 241 723 décès (62 475 393 cas), l’Asie 766 985 décès (49 408 262 cas), les États-Unis et le Canada 660 420 décès (39 865 224 cas), l’Afrique 192 578 décès (7 664 228 cas), le Moyen-Orient 178 110 décès (11 995 474 cas), et l’Océanie 1675 décès (113 735 cas).  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie dans le monde

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Risque de caillots moins élevé après le vaccin

Le risque de développer des caillots sanguins est beaucoup moins élevé après s’être fait vacciner contre la COVID-19 qu’en attrapant cette maladie, indique vendredi la plus large étude à ce jour sur les effets secondaires liés au vaccin.

Cette étude britannique, publiée dans le British Medical Journal (BMJ), a comparé les données médicales de 29 millions de personnes ayant reçu leur première dose de Pfizer-BioNtech ou d’Oxford-AstraZeneca entre décembre 2020 et avril 2021 avec celles de presque 2 millions de personnes testées positives au coronavirus.

Nouvelle-Zélande : confinement prolongé

La Nouvelle-Zélande a prolongé vendredi son confinement national jusqu’au 31 août pour juguler la propagation de cas de COVID-19 liés au variant Delta et cette mesure restera en vigueur plus longtemps à Auckland, épicentre de l’épidémie.

Seules 26 personnes sont décédées de la COVID-19 dans ce pays de cinq millions d’habitants, grâce à une stricte fermeture des frontières ainsi que des confinements et une intense politique de traçage dès l’apparition de nouveaux cas, une stratégie « zéro COVID-19 » que l’archipel entend poursuivre.

Danemark: levée totale des restrictions

À la faveur d’une importante couverture vaccinale, les restrictions encore en place au Danemark contre la COVID-19 vont être levées à compter du 10 septembre, la maladie n’étant plus considérée comme « menaçante pour la société », a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

« Nous ne sommes pas sortis de l’épidémie », a toutefois souligné le ministre, Magnus Heunicke, assurant que le gouvernement « n’hésitera pas à agir rapidement si la pandémie menace à nouveau les fonctions essentielles de la société ».

Portugal : jauge augmentée à 50 % dans les stades

Les stades portugais pourront accueillir davantage de public à partir de vendredi : la jauge, d’abord fixée à 33 % de leur capacité a été relevée à 50 % grâce à une évolution favorable de l’épidémie de coronavirus, ont annoncé les autorités sanitaires.

Plus de 4,47 millions de morts

La pandémie de COVID-19 a fait au moins 4 472 486 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi vendredi à 6 h par l’AFP à partir de sources officielles.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 633 564 décès, devant le Brésil (577 565), l’Inde (436 861), le Mexique (256 287) et le Pérou (198 064).

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à la COVID-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est calculé à partir des chiffres officiels.