(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 3 980 935 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 6 h.

Agence France-Presse

Plus de 183 741 570 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils excluent les révisions réalisées a posteriori par certains organismes statistiques, qui concluent à un nombre bien plus important de morts.  

L’OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à la COVID-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.  

Une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques reste aussi non détectée malgré l’intensification du dépistage dans de nombreux pays.  

Sur la journée de dimanche, 6466 nouveaux décès et 331 101 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.  

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont le Brésil avec 830 nouveaux morts, l’Inde (723) et la Russie (654).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 605 526 décès pour 33 717 574 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 524 417 morts et 18 769 808 cas, l’Inde avec 402 728 morts (30 585 229 cas), le Mexique avec 233 622 morts (2 540 068 cas), et le Pérou avec 193 230 morts (2 065 113 cas).  

Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 586 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Hongrie (311), la Bosnie (295), la République tchèque (283) et la Macédoine du Nord (263).  

L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient, lundi à 6 h, 1 289 841 décès pour 37 972 655 cas, l’Europe 1 173 318 décès (54 829 375 cas), les États-Unis et le Canada 631 884 décès (35 134 524 cas), l’Asie 586 822 décès (40 647 327 cas), le Moyen-Orient 151 572 décès (9 433 330 cas), l’Afrique 146 359 décès (5 667 924 cas), et l’Océanie 1139 décès (56 444 cas).  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie dans le monde

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : le point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Record de cas en Afrique

Plus de 36 000 contaminations quotidiennes ont été recensées ces sept derniers jours en Afrique, un nombre record sur le continent depuis le début de la pandémie, selon un comptage de l’AFP à partir de bilans officiels arrêtés à dimanche.

Avec 36 141 cas quotidiens en moyenne sur la semaine du 28 juin au 4 juillet, la flambée épidémique actuellement observée en Afrique a dépassé les 32 609 contaminations par jour enregistrées entre le 5 et le 11 janvier derniers, lors du précédent pic épidémique.

Londres lève le voile sur la levée des restrictions

Le premier ministre britannique Boris Johnson doit dévoiler lundi ses projets pour lever l’essentiel des dernières restrictions sanitaires à partir du 19 juillet en Angleterre et appeler la population à prudemment « apprendre à vivre avec » le coronavirus dans ce pays d’Europe comptant le plus de personnes tuées par la pandémie (128 000), après la Russie.

Cette échéance avait été repoussée d’un mois en raison de la flambée du variant Delta, qui représente désormais la quasi-totalité des nouveaux cas au Royaume-Uni.

La Norvège repousse sa réouverture totale

La Norvège a remis lundi « à fin juillet, début août » au plus tôt la levée quasi totale de ses restrictions sanitaires afin de se prémunir contre une éventuelle quatrième vague de la pandémie de COVID-19 due au variant Delta.

« L’évolution reste positive », a déclaré lors d’une conférence de presse la première ministre Erna solberg, mais « nous choisissons d’attendre de voir comment […] le variant Delta affecte la situation ».

La COVID-19 pas encore « vaincue », avertit Biden

Le président américain Joe Biden a prévenu dimanche que « la COVID-19 (n’avait) pas été vaincu », et appelé ses compatriotes à se faire vacciner, « l’action la plus patriotique qui soit », à l’occasion de la fête nationale américaine, a-t-il affirmé.

Il a dans le même temps assuré dans un discours que les États-Unis avaient « pris le dessus » sur un virus qui « ne contrôle plus nos vies », alors que la circulation rapide du variant delta et le faible taux de vaccination dans certaines régions inquiètent les experts.

France : 4e vague possible fin juillet

Le porte-parole du gouvernement français a estimé lundi qu’une quatrième vague de la pandémie dès la fin juillet est « une possibilité » mais « pas une fatalité » grâce à la vaccination, confirmant une mise en garde du ministre de la Santé Olivier Véran.

« Depuis un peu moins d’une semaine, l’épidémie regagne du terrain, le variant Delta qui est particulièrement contagieux, particulièrement inquiétant, gagne du terrain très rapidement », s’est inquiété Gabriel Attal à la radio.

Sanofi table sur un vaccin pour décembre

Le vaccin développé par le laboratoire français Sanofi, en collaboration avec le britannique GSK, devrait être disponible en décembre, a précisé lundi le président France du laboratoire, Olivier Bogillot.

Ce vaccin désormais en phase d’essais massifs, dits de phase 3, avait enregistré un retard de plusieurs mois, suscitant la controverse.

Covax : don de 1,5 million de vaccins au Salvador

Le Salvador, qui déplore 2409 décès COVID-19 depuis le début de la pandémie, a reçu dimanche soir 1,5 million de doses de vaccins Moderna contre la COVID-19 données par les États-Unis dans le cadre du programme Covax, a annoncé le ministère de la Santé.

Le Salvador a vacciné à ce jour 2,8 millions de personnes et a pour objectif la vaccination de 4,5 de ses 6,7 millions d’habitants.

Près de quatre millions de morts

La pandémie a fait au moins 3 980 935 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 6 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché en nombre de décès (605 526), suivi par le Brésil (524 417), l’Inde (402 728), le Mexique (233 622) et le Pérou (193 230).

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. L’OMS estime que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.