(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2 570 291 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi à 6 h.

Agence France-Presse

Plus de 115 568 760 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Sur la journée de jeudi, 9007 nouveaux décès et 424 952 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont le Brésil avec 1699 nouveaux morts, les États-Unis (1016) et le Mexique (822).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 520 356 décès pour 28 827 140 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 260 970 morts et 10 793 732 cas, le Mexique avec 188 866 morts (2 112 508 cas), l’Inde avec 157 548 morts (11 173 797 cas), et le Royaume-Uni avec 124 025 morts (4 201 358 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la République tchèque est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 199 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Belgique (192), la Slovénie (186), le Royaume-Uni (183) et le Monténégro (166).

L’Europe totalisait vendredi à 6 h 867 606 décès pour 38 249 394 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 690 512 décès (21 758 761 cas), les États-Unis et le Canada 542 492 décès (29 704 473 cas), l’Asie 258 522 décès (16 266 951 cas), le Moyen-Orient 105 224 décès (5 619 893 cas), l’Afrique 104 984 décès (3 936 675 cas), et l’Océanie 951 décès (32 619 cas).

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Tokyo : l’état d’urgence prolongé

Le Japon va prolonger de deux semaines l’état d’urgence en place dans l’agglomération de Tokyo face au coronavirus, à moins de cinq mois de l’ouverture des Jeux olympiques prévus pour cet été dans la capitale nipponne.

L’état d’urgence, qui consiste principalement à demander aux bars et aux restaurants de fermer à 20 h, avait été levé le 28 février dans six départements et devait prendre fin ce dimanche dans le Grand Tokyo.

Fin de confinement à Auckland

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé que le confinement des quelque 1,7 million d’habitants d’Auckland prendrait fin dimanche, une semaine après son entrée en vigueur. Les autorités estiment que le foyer de contamination a été contenu.

AstraZeneca bloqué : l’Australie compréhensive

Après la décision de Rome de bloquer l’exportation vers l’Australie de vaccins AstraZeneca produits sur le sol européen, les autorités australiennes se sont montrées compréhensives, relativisant l’impact de cette mesure.

L’Italie a expliqué cette décision, une première dans l’Union européenne, par « la pénurie persistante de vaccins et les retards d’approvisionnement de la part d’AstraZeneca », la « quantité importante » de doses concernées et le fait que l’Australie est considérée comme un pays « non vulnérable » par le mécanisme de l’UE.

Sages-femmes et pharmaciens autorisés à vacciner

En France, les pharmaciens et les sages-femmes sont désormais autorisés à prescrire et injecter les vaccins contre la COVID-19, de même que les infirmiers qui peuvent à présent vacciner sans qu’un médecin soit systématiquement présent.

Campagnes de vaccination en Afrique de l’Est

Le Kenya a entamé vendredi sa campagne de vaccination, avec une première phase ciblant le personnel médical, deux jours après avoir reçu plus d’un million de doses d’AstraZeneca dans le cadre de l’initiative Covax, créée par l’OMS pour permettre aux pays les plus démunis d’avoir accès aux vaccins.

Le Rwanda, qui est devenu mercredi le premier pays africain à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, avec environ 100 000 doses livrées, a également commencé sa campagne de vaccination vendredi.

Danemark : AstraZeneca aux plus de 65 ans

Emboîtant le pas à plusieurs pays de l’UE comme l’Allemagne et la Belgique, les autorités sanitaires danoises ont étendu vendredi aux plus de 65 ans leur recommandation d’utiliser le vaccin AstraZeneca/Oxford, sur la base d’une étude écossaise.

Rugby : le XV de France disculpé

Le rapport d’enquête interne sur le foyer de contamination par la COVID-19 dans le XV de France conclut que le protocole sanitaire a été « bien élaboré » et « respecté » par l’équipe nationale de rugby, a affirmé vendredi le ministre français de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer.

Cloches et minute de silence en Suisse

Un an après avoir enregistré un premier décès lié à la COVID-19, la Suisse entière a rendu un hommage exceptionnel aux plus de 9000 personnes mortes de cette maladie sur son sol, en faisant retentir les cloches des églises après une minute de silence.