(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2 430 693 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 6 h.  

Mis à jour le 18 févr. 2021
Agence France-Presse

Plus de 109 857 920 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 67 422 400 sont aujourd’hui considérés comme guéris.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.  

Sur la journée de mercredi, 11 018 nouveaux décès et 390 322 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 2446 nouveaux morts, le Brésil (1150) et le Mexique (1075).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 490 550 décès pour 27 826 891 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 242 090 morts et 9 978 747 cas, le Mexique avec 177 061 morts (2 013 563 cas), l’Inde avec 156 014 morts (10 950 201 cas), et le Royaume-Uni avec 118 933 morts (4 071 185 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 188 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Slovénie (180), le Royaume-Uni (175), la République tchèque (175) et l’Italie (156).  

L’Europe totalisait jeudi à 6 h 817 568 décès pour 36 006 514 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 648 812 décès (20 402 142 cas), les États-Unis et le Canada 511 970 décès (28 660 242 cas), l’Asie 249 928 décès (15 785 961 cas), le Moyen-Orient 101 585 décès (5 183 827 cas), l’Afrique 99 883 décès (3 787 300 cas), et l’Océanie 947 décès (31 941 cas).  

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.  

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

La moitié des Sud-Africains contaminés ?

La moitié des 59 millions de Sud-Africains ont potentiellement été contaminés par la COVID-19, selon deux études qui estiment que plusieurs milliers de décès dus au virus n’apparaissent pas dans les statistiques officielles.

Le pays africain officiellement le plus touché par le coronavirus a enregistré plus de 140 000 décès supplémentaires depuis mai 2020, selon le Conseil sud-africain de la recherche médicale (SAMRC).

Or, selon les chiffres officiels, l’Afrique du Sud n’a enregistré que 48 500 décès.

Pertes massives dans l’aérien

La compagnie aérienne Air France-KLM a perdu 7,1 milliards d’euros en 2020, un choc « sans précédent » provoqué par la COVID-19 qui a privé le groupe franco-néerlandais des deux tiers de ses clients.

Le constructeur aéronautique Airbus a lui annoncé une perte nette de 1,1 milliard d’euros en 2020, limitant la casse malgré la déconfiture du secteur aérien.

L’épidémie pas maîtrisée avant 2022

L’épidémie de la COVID-19 ne sera pas maîtrisée avant l’été 2022, a avancé jeudi l’épidémiologiste français Didier Pittet, ajoutant toutefois que l’« on retournerait au théâtre » et vers « d’autres activités sociales » avant cette échéance.

Selon lui, les deux prochains mois vont être délicats, car « les virus respiratoires aiment cette période » hivernale. Il y aura « ensuite la campagne de vaccination » et on pourra faire « un premier bilan au début de l’été ».

Hong Kong approuve le vaccin Sinovac

Le gouvernement hongkongais a approuvé jeudi l’utilisation en urgence du vaccin Sinovac, baptisé CoronaVac, après la décision d’un groupe d’experts de le recommander en dépit de faibles résultats en termes d’efficacité.

Le « monsieur vaccin » français défend AstraZeneca

Le vaccin contre la COVID-19 AstraZeneca « n’est pas un vaccin de seconde zone », a assuré jeudi le Pr Alain Fischer, le « monsieur vaccin » nommé par le gouvernement français.

Selon lui, s’« il provoque un peu plus souvent un syndrome pseudo-grippal » chez les jeunes, son taux de protection est d’un peu plus de 80 %, « pas très loin du taux annoncé par les vaccins ARN », comme ceux de Pfizer/BioNTech ou Moderna.

Demandes d’asile en baisse dans l’UE

Les demandes d’asile dans l’UE ont chuté de 31 % en 2020, pour atteindre leur plus bas niveau depuis 2013, « principalement en raison des restrictions de circulation » liées à la pandémie, a indiqué le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO).

Plus de 2,43 millions de morts

La pandémie a fait au moins 2,43 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 6 h.

Après les États-Unis (490 550 morts), les pays comptant le plus de décès sont le Brésil (242 090), le Mexique (177 061), l’Inde (156 014) et le Royaume-Uni (118 933).

Le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques.