(Genève) Il est trop tôt pour tirer la moindre conclusion sur le fait de savoir si la COVID-19 a son origine en Chine, a déclaré vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui effectue une mission dans ce pays.

Agence France-Presse

« Toutes les hypothèses sont sur la table. Il est clairement trop tôt pour parvenir à une conclusion sur l’endroit où est né ce virus, que ce soit en Chine ou hors de Chine », a déclaré le directeur chargé des questions d’urgence sanitaire à l’OMS, Michael Ryan, au cours d’une conférence de presse à Genève.

« Il existe différentes […] observations scientifiques dans différentes parties du monde », a-t-il poursuivi, « c’est un grand puzzle et on ne peut avoir une vision d’ensemble en regardant une des 10 000 pièces d’un puzzle ».

Une équipe d’experts de l’OMS est arrivée le 14 janvier à Wuhan pour commencer à enquêter sur les origines du nouveau coronavirus meurtrier dont les premiers cas d’infection avaient été détectés fin 2019 dans cette ville du centre de la Chine.

Les membres de la mission avaient été acheminés dès leur arrivée dans un hôtel pour y observer une quarantaine de deux semaines. Depuis, ils travaillent à distance et dès la quarantaine achevée ils devraient pouvoir se rendre sur des sites et rencontrer leurs contacts chinois.

La Chine a à plusieurs reprises laissé entendre que le virus serait apparu hors de ses frontières.

Il a jusqu’à présent tué plus de deux millions de personnes dans le monde, en a infecté des dizaines de millions et a durement affecté l’économie mondiale.

« Notre équipe est sur le terrain, le travail avec nos collègues chinois se passe bien. Nous examinons les données », a dit M. Ryan. « Il est trop tôt pour parvenir à des conclusions, mais nous avons le sentiment de progresser un peu et nous espérons continuer ainsi dans l’intérêt de la santé publique et de l’avenir ».