(Paris) La Chine, qui fait déjà figure de grande rescapée économique de la COVID-19, sera la vedette du Forum de Davos, qui aura lieu du 25 au 29 janvier sous format virtuel avec la participation de son président Xi Jiping, aux côtés entre autres d’Angela Merkel et Emmanuel Macron, mais sans Joe Biden.

Agence France-Presse

Le dirigeant chinois signera ainsi sa seconde participation, après avoir fait en 2017 des promesses d’ouverture économique chaudement applaudies par les participants au rendez-vous annuel de l’élite économique mondiale.  

Alors que l’édition 2020 avait été dominée par Donald Trump, cette année l’Asie fait un retour en force dans le Forum économique mondial (WEF), ont annoncé lundi ses organisateurs lors d’une conférence de presse.  

Après cette première session virtuelle fin janvier, un rendez-vous bien réel se tiendra d’ailleurs à Singapour en mai-et non dans la station de ski de Davos, en Suisse, où se tient habituellement l’évènement créé en 1971 par le professeur allemand Klaus Schwab.  

Hasard du calendrier, Pékin a annoncé lundi avoir dégagé en 2020 une croissance de 2,3 %. La Chine est ainsi la seule grande économie à faire bonne figure après avoir endigué l’épidémie.

Outre le président chinois, seront présents par écrans interposés le premier ministre japonais Yoshihide Suga et son homologue indien, Narendra Modi, ainsi que les présidents de la Corée du Sud, Moon Jae-in et de Singapour, Lee Hsien Loong.  

Côté Europe, le président français Emmanuel Macron participera à cette édition virtuelle aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, de l’Italien Guiseppe Conte, du premier ministre espagnol Pedro Sanchez et de son homologue grec Kyriakos Mitsotakis.

L’Union européenne sera représentée par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen et la patronne de la Banque centrale européenne Christine Lagarde.  

En revanche, aucun responsable américain ne sera présent à la réunion virtuelle et « il est trop tôt pour savoir qui participera » au forum de Singapour, a précisé un organisateur du WEF.  

Davos avait déroulé le tapis rouge à Donald Trump en 2018 et 2020. Avant lui, Bill Clinton avait été le premier président américain à se rendre dans la douillette station de ski, qui n’a donc rien d’un passage obligé pour les locataires de la Maison-Blanche.

Les pays émergents seront aussi représentés, à l’instar de l’Argentine, de l’Afrique du Sud, de la Colombie, du Costa Rica, du Ghana et du Rwanda.  

Sont encore annoncées la présence du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et celle du roi Abdallah de Jordanie.  

Cette édition numérique aura pour thème « une année critique pour restaurer la confiance » et sera déclinée autour de « trois C : COVID-19, Climat, Coopération ».  

En conclusion, Klaus Schwab a insisté sur la fracture sociale. « Si nous ne prenons pas au sérieux la question de la dégradation des conditions de vie ou de l’impact de la révolution numérique sur les magasins, nous nous dirigerons droit vers une société divisée et si la société est divisée nous ne pourrons pas rétablir la confiance ».