(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1 979 596 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 6 h.  

Agence France-Presse

Plus de 92 321 290 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 56 637 400 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Sur la journée de mercredi, 16 024 nouveaux décès et 725 790 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 3912 nouveaux morts, le Royaume-Uni (1564) et le Brésil (1274).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 384 784 décès pour 23 077 435 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 205 964 morts et 8 256 536 cas, l’Inde avec 151 727 morts (10 512 093 cas), le Mexique avec 136 917 morts (1 571 901 cas), et le Royaume-Uni avec 84 767 morts (3 211 576 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 175 décès pour 100 000 habitants, suivie par la Slovénie (148), la Bosnie (134), l’Italie (133), la République tchèque (129).

L’Europe totalisait jeudi à 6 h 640 448 décès pour 29 760 037 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 539 287 décès (16 855 590 cas), les États-Unis et le Canada 402 130 décès (23 757 122 cas), l’Asie 228 110 décès (14 458 196 cas), le Moyen-Orient 92 975 décès (4 312 152 cas), l’Afrique 75 701 décès (3 146 765 cas), et l’Océanie 945 décès (31 434 cas).

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

L’OMS se penche sur les variants

Le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se réunit jeudi, avec deux semaines d’avance, pour discuter notamment des variants du nouveau coronavirus, beaucoup plus contagieux, qui inquiètent les autorités dans le monde entier.

Le nombre des pays et territoires où se trouve dorénavant le variant initialement repéré au Royaume-Uni s’élève à 50 et il est de 20 pour le variant identifié en Afrique du Sud, selon l’OMS. Une troisième mutation, « inquiétante », estime-t-elle, et dont le Japon a annoncé la découverte, pourrait impacter la réponse immunitaire.

Premier décès depuis huit mois en Chine

La résurgence du virus frappe aussi la Chine, qui avait largement maîtrisé l’épidémie, mais a recensé jeudi son premier décès dû à la COVID-19 depuis mai dernier.

Une équipe d’experts de l’OMS comptant notamment dix scientifiques chargés de faire la lumière sur l’origine du coronavirus est arrivée jeudi à Wuhan (centre) où le virus a pour la première fois été signalé fin 2019. L’équipe a été placée en quarantaine sauf deux membres bloqués à Singapour pour refaire des tests COVID-19.

Vers un couvre-feu étendu en France

Le gouvernement français doit annoncer jeudi de nouvelles restrictions lors d’une conférence de presse prévue à 18 h. Si l’extension d’un couvre-feu débutant dès 18 h au-delà des 25 départements déjà concernés semble acquise, reste à en déterminer l’ampleur.

Alors que la vaccination entre dans une nouvelle phase avec l’ouverture des inscriptions pour les personnes âgées de 75 ans et plus, le ministre de la Santé a annoncé un protocole visant à tester jusqu’à un million d’enfants et d’enseignants par mois.

Le Liban se confine, la Turquie vaccine

Le Liban entame jeudi un confinement strict d’une durée de onze jours, imposé par les autorités dans le but de ralentir une flambée des nouveaux cas. Ce pays de six millions d’habitants a recensé jusqu’ici 1740 décès.

La Turquie a lancé jeudi sa campagne de vaccination en administrant le vaccin chinois CoronaVac au personnel soignant.

Andy Murray positif, le pape vacciné

L’ex-N°1 mondial de tennis Andy Murray a été testé positif à la COVID-19, selon les informations publiées jeudi par divers médias britanniques, ce qui pourrait remettre en cause sa participation à l’Open d’Australie qui commence le 8 février.

Le pape François et le pape émérite Benoît XVI ont de leur côté été vaccinés, a annoncé le Vatican.

PSA : chute des ventes en 2020

Les ventes mondiales du constructeur automobile français PSA, sur le point de s’unir à Fiat Chrysler, ont dégringolé de 27,8 % en 2020, à 2,5 millions de véhicules, pénalisées par la crise sanitaire, selon la firme.

Près de deux millions de morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1 979 596 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 6 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 384 784 décès, suivis par le Brésil (205 964), l’Inde (151 727), le Mexique (136 917) et le Royaume-Uni (84 767).

Le nombre de victimes à l’échelle mondiale est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé.