(Paris) Multiplication des pays touchés, semaine noire pour les Bourses, annulations en cascade… Voici les derniers développements dans le monde liés au nouveau coronavirus dont la menace est désormais qualifiée de « très élevée » par l’OMS.

Agence France-Presse

Premier cas en Afrique subsaharienne

Le nouveau coronavirus a contaminé 84 117 personnes et fait 2870 morts dans le monde, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi à 17 h GMT.  

PHOTO SUNDAY ALAMBA, VIA AP

Un homme portant le masque, circulant sur le terrain de l’hôpital de Yaba, au Nigeria, où est traité un citoyen italien entré au pays mardi au terme d’un vol provenant de Milan, en Italie.

La Chine continentale, où l’épidémie s’est déclarée fin décembre, compte 78 824 cas, dont 2788 décès. Ailleurs dans le monde, près de 60 pays et territoires sont touchés, totalisant 5293 cas, dont 82 décès.

C’est désormais en Corée du Sud que le virus se propage le plus vite, avec 571 nouveaux cas recensés ces dernières 24 heures. Le nombre cumulé de cas d’infection y dépassent les 2300.

Le Nigeria, l’Islande, les Pays-Bas, la République de Saint-Marin, la Lituanie, le Belarus, l’Azerbaïdjan, la Nouvelle-Zélande et le Mexique s’ajoutent à la liste des pays touchés ces dernières 24 heures.

Le cas nigérian, détecté dans l’État de Lagos, la capitale économique du pays, est le premier recensé en Afrique subsaharienne, jusque-là apparemment préservée de l’épidémie.

Menace maximum pour l’OMS

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a porté à son degré maximum, « très élevé », le niveau de menace liée au nouveau coronavirus, appelant tous les pays encore épargnés à se préparer à l’arrivée de l’épidémie de COVID-19.

Parallèlement, le Conseil de sécurité des Nations unies se tient prêt à adopter des exemptions humanitaires à ses sanctions économiques contre la Corée du Nord pour aider le pays à lutter contre l’épidémie.

Les membres du Conseil de sécurité appellent la Corée du Nord, dont les frontières sont fermées, à permettre l’entrée d’équipement médical. Le pays n’a toutefois, pour l’heure, déclaré aucun cas de coronavirus.

Semaine noire pour les Bourses

Craignant les conséquences dévastatrices de l’épidémie sur l’économie mondiale, les Bourses enregistrent leur pire semaine depuis la crise financière de 2008.  

Les cours du pétrole dégringolent eux aussi, touchant des plus bas niveaux depuis plus d’un an, par peur d’un recul de la demande mondiale.

Le géant chinois de l’internet Baidu prévoit une baisse pouvant atteindre 13 % de son chiffre d’affaires au 1er trimestre en raison de l’épidémie.

IAG, propriétaire des compagnies British Airways et Iberia ainsi qu’EasyJet réduisent le nombre de leurs dessertes, en particulier vers l’Italie, et mettent en place des mesures d’économies.

Annulations en cascade

La Suisse a interdit au moins jusqu’au 15 mars tout événement réunissant plus de 1000 personnes, condamnant ainsi la 90e édition du salon automobile de Genève qui devait s’ouvrir le 5 mars et accueillir 600 000 visiteurs du monde entier. De nombreux concerts, matchs et salons sont annulés ou ajournés dans le pays.

Facebook a annulé sa conférence annuelle des développeurs prévue début mai en Californie.

Les mégastars de la K-pop, BTS ont annulé quatre concerts géants prévus à Séoul en avril tandis que le complexe de parcs à thème Tokyo Disneyland et Tokyo DisneySea, dans la banlieue de la capitale japonaise, a fermé pour deux semaines.

Matchs à huis clos, délocalisés

Le monde sportif est aussi touché, avec l’annulation des deux dernières étapes du Tour des Émirats cycliste après la découverte de la contamination de deux cyclistes italiens.

Quatre matchs du championnat d’Italie doivent se dérouler à huis clos ce week-end, dont le choc entre la Juventus et l’Inter Milan.

De leur côté, les Sunwolves, franchise japonaise de rugby, vont délocaliser deux matchs en Australie.

Le Comité international olympique (CIO), en revanche, réaffirme être « totalement déterminé » à ce que les Jeux olympiques de Tokyo 2020 aient lieu cet été.