Une « trahison »: c'est avec ses mots que le directeur de L'Arche Canada, un organisme venant en aide aux personnes handicapées, a réagi au rapport interne du groupe international, qui conclut que son fondateur, Jean Vanier, a abusé d'au moins six femmes.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

L'enquête, réalisée par un organisme indépendant britannique, fait état de relations sexuelles initiées par Jean Vanier « généralement dans le cadre d'un accompagnement spirituel et dont certaines ont gardé de profondes blessures », peut-on lire dans une lettre envoyée par les responsables de L’Arche Internationale, Stephan Posner et Stacy Cates Carney, adressée aux membres des communautés présentes dans 38 pays. L'organisme précise qu'elles étaient adultes et sans déficience.

Les femmes étaient sous l'« emprise psychologique et spirituelle » de Jean Vanier, qui leur demandait de garder le silence, peut-on lire dans la lettre.

Même si c'est L'Arche internationale, qui chapeaute les 154 branches présentes dans 38 pays, qui a lancé une enquête interne, ses conclusions ont choqué ses responsables.

« Nous sommes tous choqués, abasourdis, blessés, et très affectés pour les victimes », a réagi au téléphone le directeur de L'Arche Canada Louis Pilotte.

L'homme a côtoyé Jean Vanier lorsqu'il travaillait en France, sans soupçonner des agissements répréhensibles.

« C'était un modèle assez fort, reconnu à travers le monde, a ajouté M. Pilotte. Personnellement, j'ai un sentiment de trahison. Il a été régulièrement interrogé [sur la question] et a nié jusqu'à sa mort. C'est une grande déception. »

Jean Vanier est mort l’an dernier à Paris à l’âge de 90 ans.

Les soupçons ont commencé à peser sur lui après des révélations en 2014 sur des agressions sexuelles commises par le père Thomas Philippe, père spirituel de Jean Vanier et cofondateur de l'organisme. Une femme a alerté L'Arche en 2016 sur des agissements de Jean Vanier dans les années 70. Celui-ci a admis une relation, la qualifiant de « réciproque ».

Confronté par les responsables de L'Arche, l'homme a nié. « En permanence », a souligné M. Pilotte, qui fait aussi partie de l'équipe de direction internationale. Il n'y a pas eu de suite, jusqu'à ce qu'un documentaire d'ARTE en 2018 mène à d'autres témoignages.

Selon le rapport que l’agence The Associated Press (AP) a pu consulter, les témoignages de ces femmes ont démontré que Jean Vanier manipulait les victimes pour avoir des relations sexuelles avec elles sur une période allant de 1970 à 2005. Le document n’exclut pas qu’il ait fait d’autres victimes.

PHOTO TIZIANA FABI, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Jean Vanier est mort en mai 2019 à l'âge de 90 ans.

« Dès les années 1950, et contrairement à ce qu’il a pu nous dire, Jean Vanier était pour l’essentiel informé des motifs du procès canonique et de la condamnation par l’Église en 1956 du père Thomas Philippe en raison de ses théories qualifiées de « fausse mystique » et des pratiques sexuelles qui en découlaient », peut-on lire dans la lettre des responsables de L’Arche Internationale.

L’organisation s’engage aussi à ce que « ses 154 communautés à travers le monde soient des lieux de sécurité et de croissance pour tous ses membres, avec ou sans handicap ».

Jean Vanier, qui était né en Suisse, était le fils du Montréalais Georges Vanier qui a été diplomate et gouverneur général du Canada de 1959 à 1967.

Après avoir fait partie de la Royal Navy et des forces navales canadiennes, il a vécu en France avant de venir enseigner au Canada et de retourner dans l’Hexagone. Une visite dans une institution psychiatrique l’avait convaincu de fonder L’Arche, une institution aujourd’hui présente sur les cinq continents, qui accueille des milliers de bénéficiaires.

Jean Vanier a été fait compagnon de l’Ordre du Canada en 1989, reçu grand officier de l’Ordre national du Québec en 1992 et fait Chevalier de la Légion d’honneur, en France, en 1994.

Les informations fournies par les enquêteurs ne permettent pas aux dirigeants d'identifier les victimes, mais M. Pilotte évalue qu'il s'agit de femmes demeurant dans la ville où vivait Jean Vanier, près de Paris.

L'Arche internationale a indiqué mettre en place des politiques pour prévenir les abus. Aucune autre enquête connexe n'est actuellement en cours, a dit M. Pilotte, mais la révélation des conclusions de l'enquête sur Jean Vanier pourrait mener à d'autres témoignages. L'organisme a mis en place des procédures de signalement.

– Avec la collaboration de La Presse Canadienne et The Associated Press