(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1 636 687 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 6 h.  

Agence France-Presse

Plus de 73 462 340 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 47 202 800 sont aujourd’hui considérés comme guéris.  

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.  

Sur la journée de mardi, 13 816 nouveaux décès et 709 087 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.  

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 2813 nouveaux morts, le Brésil (964) et l’Allemagne (952).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 303 867 décès pour 16 725 039 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Au moins 6 298 082 personnes y ont été déclarées guéries.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 182 799 morts et 6 970 034 cas, l’Inde avec 144 096 morts (9 932 547 cas), le Mexique avec 115 099 morts (1 267 202 cas), et l’Italie avec 65 857 morts (1 870 576 cas).  

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 157 décès pour 100 000 habitants, suivi par le Pérou (112), l’Italie (109), la Bosnie (105) et la Macédoine du Nord (104).  

L’Europe totalisait mercredi à 6 h 493 165 décès pour 22 744 336 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 475 226 décès (14 187 130 cas), les États-Unis et le Canada 317 487 décès (17 198 195 cas), l’Asie 207 297 décès (13 206 184 cas), le Moyen-Orient 85 505 décès (3 685 789 cas), l’Afrique 57 064 décès (2 410 124 cas), et l’Océanie 943 décès (30 591 cas).  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 heures peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Mission de l’OMS en Chine

L’équipe scientifique internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée de trouver les origines du nouveau coronavirus se rendra en Chine en janvier.

« Je peux confirmer que cela aura lieu en janvier », a indiqué mercredi à l’AFP un porte-parole de l’OMS, Hedinn Halldorsson, confirmant des propos tenus par un des experts dans la presse.

Vaccin en simultané dans l’UE

Les 27 États de l’Union européenne pourront « commencer le même jour » leurs campagnes de vaccination anti-Covid, dès le feu vert « d’ici une semaine » du régulateur européen au vaccin de l’alliance Pfizer-BioNTech, a annoncé mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Reconfinement en Allemagne

L’Allemagne a annoncé mercredi avoir enregistré un nombre record de décès liés à la pandémie de COVID-19, au premier jour de l’entrée en vigueur d’un reconfinement partiel pour tenter de limiter la propagation de la pandémie.

Au total, 952 personnes sont mortes au cours des dernières 24 heures et 27 728 nouvelles infections ont été recensées, alors que quelque 83 % des lits en réanimation sont occupés dans les établissements hospitaliers.

Londres (re) ferme ses pubs

Pubs et restaurants de Londres sont contraints mercredi de fermer leurs portes pour la troisième fois depuis le début de la pandémie, la capitale britannique et certaines régions du sud de l’Angleterre basculant sous le plus haut niveau d’alerte et de restrictions.

Ce durcissement implique la fermeture des hôtels, pubs et restaurants sauf pour la livraison et la vente à emporter, ainsi que des lieux culturels comme les cinémas, théâtres et musées.

Restrictions au Danemark

Au Danemark, les mesures de semi-confinement en vigueur dans les deux tiers des communes, dont les plus grandes agglomérations, se sont étendues mercredi à l’ensemble du pays avec la fermeture des collèges, lycées, bars, restaurants, centres sportifs et lieux culturels.

Les autorités ont enregistré mardi un nombre de cas record en 24 heures dans le royaume de 5,8 millions d’habitants, qui dépasse désormais les 116 000 cas.

L’Espagne s’inquiète

La situation en Espagne a été qualifiée d’« inquiétante » en raison d’un rebond des cas de COVID-19 ces derniers jours par le chef du gouvernement Pedro Sánchez, qui n’a pas exclu de proposer un durcissement des restrictions pour Noël.

Selon une nouvelle étude de séroprévalence, 10 % de la population espagnole, soit environ 4,7 millions de personnes, ont été infectées par le nouveau coronavirus. Ce chiffre dépasse largement le bilan officiel qui recense 1,76 million de cas diagnostiqués.

Plus de 1,6 million de morts

La pandémie a fait au moins 1 636 687 morts dans le monde, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 6 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 303 867 décès pour plus de 16,72 millions de cas recensés. Suivent le Brésil avec 182 799 morts, l’Inde (144 096), le Mexique (115 099) et l’Italie (65 857).

Noël masqué

L’OMS recommande le port du masque lors des réunions familiales de Noël et des fêtes de fin d’année en Europe, avertissant d’un « risque élevé » de reprise de l’épidémie début 2021.

Un vaccin à base de tabac

La biotech américaine Kentucky BioProcessing (KBP), filiale du cigarettier britannique BAT, a annoncé mercredi le lancement de premiers essais pour un vaccin contre la COVID-19 développé grâce à une méthode recourant à la feuille de tabac.

La feuille de tabac à laquelle la biotech a recours présente des propriétés particulières aux multiples avantages, constituant selon elle un environnement favorable à une production plus efficace et rapide d’anticorps qu’avec les techniques traditionnelles.