(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1 275 113 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 7 h.

Agence France-Presse

Plus de 51 531 660 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 33 300 900 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Sur la journée de mardi, 10 776 nouveaux décès et 662 214 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1535 nouveaux morts, la France (1220), en raison d’un rattrapage des décès en Ehpad, et le Royaume-Uni (707).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 239 695 décès pour 10 258 090 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Au moins 3 961 873 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 162 829 morts et 5 700 044 cas, l’Inde avec 127 571 morts (8 636 011 cas), le Mexique avec 95 842 morts (978 531 cas), et le Royaume-Uni avec 49 770 morts (1 233 775 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 117 décès pour 100 000 habitants, suivi par le Pérou (106), l’Espagne (85), le Brésil (77).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 86 267 cas (22 nouveaux entre mardi et mercredi), dont 4634 décès (0 nouveau) et 81 187 guérisons.

L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient, mercredi à 7 h, 415 236 décès pour 11 731 619 cas, l’Europe 317 525 décès (13 339 600 cas), les États-Unis et le Canada 250 317 décès (10 529 759 cas), l’Asie 178 782 décès (11 187 597 cas), le Moyen-Orient 66 350 décès (2 805 533 cas), l’Afrique 45 962 décès (1 907 595 cas), et l’Océanie 941 décès (29 962 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie

Nouveaux bilans, nouvelles mesures et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

UE : premières vaccinations début 2021 ?

La Commission européenne a approuvé mercredi un contrat pour acheter jusqu’à 300 millions de doses d’un vaccin développé par l’Américain Pfizer et l’Allemand BioNTtech.

Les deux laboratoires ont annoncé que leur vaccin était « efficace à 90 % » contre les infections à la COVID-19, soulevant un immense espoir face à la pandémie.

Les premières vaccinations dans l’Union européenne pourraient avoir lieu « au premier trimestre 2021 », dans un scénario « optimiste », a affirmé mercredi la directrice de l’agence européenne responsable des épidémies.

Les Américains qui ont précommandé 100 millions de doses affirment que les vaccinations pourraient commencer avant la fin de l’année.

La Russie vante son vaccin

Le vaccin russe contre la COVID-19 est efficace à « 92 % », ont assuré mercredi ses créateurs.

« L’analyse statistique de 20 cas confirmés de nouveau coronavirus, cas répartis entre personnes vaccinées et celles ayant reçu le placebo, indique un taux d’efficacité de 92 % pour le vaccin Spoutnik-V après une seconde dose », selon un communiqué du Fonds souverain russe (RDIF) et de l’Institut de recherche Gamaleïace.

Confinement partiel en Hongrie

La Hongrie impose depuis mercredi un confinement partiel censé durer au minimum 30 jours : les rassemblements sont désormais interdits, les restaurants fermés, les évènements culturels et de loisirs annulés et le couvre-feu étendu de 20 h à 5 h.

Premier cas au Vanuatu

Le Vanuatu a enregistré son premier cas de coronavirus, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires. Un homme de 23 ans, récemment de retour des États-Unis, a été testé positif mardi à la COVID-19 alors qu’il se trouvait en quarantaine dans cet archipel du Pacifique.

Plus de 1,2 million de morts

La pandémie a fait au moins 1 275 113 morts dans le monde, selon un bilan de l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 7 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 239 695 décès pour 10 258 090 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

La première puissance économique mondiale a par ailleurs enregistré mardi un nouveau record de 201 961 cas en 24 heures.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil (162 829 morts), l’Inde (127 571 morts), le Mexique (95 842 morts) et le Royaume-Uni (49 770 morts).

Noël à la maison pour les étudiants anglais

À la fin du confinement début décembre, les étudiants universitaires en Angleterre vont être autorisés pendant quelques jours (du 3 au 9), à rentrer chez eux afin de pouvoir fêter Noël en famille.

Pour réduire le risque de transmission lié à ces déplacements, des tests de dépistage seront proposés à « autant d’étudiants que possible », indique le gouvernement britannique.

La Havane rouvre son ciel

L’aéroport international de La Havane, dernier des six aéroports internationaux de Cuba encore fermé en raison de la pandémie, reprendra dimanche les vols commerciaux, annoncent les autorités cubaines.

Le protocole sanitaire prévoit que chaque voyageur, dont la température sera vérifiée à l’aéroport, devra réaliser un test PCR à l’arrivée à Cuba puis limiter ses déplacements jusqu’aux résultats du test, généralement 24 heures plus tard. Cinq jours plus tard, il devra passer un autre test PCR.

Corridor aérien entre Hong Kong et Singapour

Hong Kong et Singapour ont annoncé mercredi le lancement le 22 novembre d’un corridor qui permettra à leurs résidents de voyager entre les deux villes sans avoir à effectuer de quarantaine.

Chaque jour, un quota de 200 ressortissants de chacun de ces deux territoires sera autorisé à effectuer ce trajet et seules les personnes ayant séjourné à Hong Kong ou Singapour au moins deux semaines et présentant un test négatif à la COVID-19 pourront embarquer.