(Londres) Les îles Malouines, territoire britannique de l’Atlantique Sud, sont totalement débarrassées des mines antipersonnel, près de 40 ans après la fin de la guerre éclair entre le Royaume-Uni et l’Argentine, a annoncé mardi le ministère britannique des Affaires étrangères.

Agence France-Presse

Des milliers de mines avaient été placées durant la guerre des Malouines, quand l’Argentine avait envahi en 1982 cet archipel situé à 400 kilomètres de ses côtes et à 12 700 km de Londres, avant qu’il ne soit repris 74 jours plus tard par le Royaume-Uni.

« Un programme financé par le Royaume-Uni, lancé en 2009, a terminé sa mission dangereuse consistant à déminer les îles dans l’Atlantique Sud, avec trois ans d’avance sur le calendrier », a souligné le ministère dans un communiqué.  

« En conséquence, les signaux d’avertissement et les barrières visibles sur les îles depuis la fin du conflit seront retirées durant une célébration locale », prévue le 14 novembre, a-t-il ajouté. Pour l’occasion, la toute dernière mine sera déclenchée.  

Des matchs de cricket et de soccer seront aussi organisés sur les plages désormais totalement libres d’accès.  

Le déminage a été opéré par une équipe provenant du Zimbabwe, sous supervision britannique, permettant au Royaume-Uni de remplir ses obligations en vertu de la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel.  

« Le retrait des dernières mines signifie qu’il n’y a plus de mines antipersonnel sur les territoires britanniques à travers le monde », s’est félicité le ministère.  

Il a également annoncé débloquer 36 millions de livres sterling supplémentaires (environ 60 millions de dollars canadiens), portant le total à 124 millions (213 millions $ CAN), pour financer des projets de déminage en Afrique, au Proche-Orient et en Asie.