(Paris) La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait au moins 787 918 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 7 h.

Agence France-Presse

Plus de 22 465 840 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, dont au moins 14 102 900 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.  

Sur la journée de mercredi, 6822 nouveaux décès et 270 587 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1286 nouveaux morts, le Brésil (1212) et l’Inde (977).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 173 193 décès pour 5 530 247 cas recensés, selon le comptage de l’Université Johns Hopkins. Au moins 1 925 049 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 111 100 morts pour 3 456 652 cas, le Mexique avec 58 481 morts (537 031 cas), l’Inde avec 53 866 morts (2 836 925 cas) et le Royaume-Uni avec 41 397 morts (321 098 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 86 décès pour 100 000 habitants, suivi par le Pérou (81), l’Espagne (62), le Royaume-Uni (61), et l’Italie (59).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 84 895 cas (7 nouveaux entre mercredi et jeudi), dont 4634 décès et 79 745 guérisons.

L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient, jeudi à 7 h, 249 475 décès pour 6 412 017 cas, l’Europe 211 775 décès (3 617 078 cas), les États-Unis et le Canada 182 276 décès (5 653 583 cas), l’Asie 83 886 décès (4 241 726 cas), le Moyen-Orient 33 388 décès (1 366 405 cas), l’Afrique 26 622 décès (1 148 455 cas) et l’Océanie 496 décès (26 580 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Forte progression en France

La France a dépassé en une journée les 4700 nouveaux cas de COVID-19, une progression inédite depuis mai, selon les chiffres publiés jeudi. Depuis le mois de mai, c’est la première fois que la barre des 4000 nouveaux cas sur 24 h est franchie.

Au total, 18 638 personnes ont été dépistées positives à la COVID-19 sur les sept derniers jours. Et le pourcentage de tests positifs continue à légèrement augmenter, à 3,3 % contre 3,1 % mercredi.

Hausse des cas en Allemagne

L’Allemagne, qui a multiplié les tests de dépistage, a de son côté enregistré au cours des dernières 24 heures 1707 nouveaux cas d’infection, retrouvant les niveaux de fin avril, une période alors encore considérée comme le pic de la pandémie.

Les autorités allemandes mettent en garde face à la remontée des cas de contaminations, liée en grande partie au retour de nombreux touristes allemands de l’étranger.

Italie : plus haut depuis mai

L’Italie, jusqu’ici parmi les pays européens relativement épargnés par la résurgence du coronavirus, a enregistré en 24 heures 845 nouveaux cas, soit le chiffre le plus haut depuis le 23 mai, selon le ministère de la Santé.

« Perspectives raisonnables » de vaccin

Le président français Emmanuel Macron a estimé jeudi qu’il existait des « perspectives raisonnables » d’obtenir un vaccin contre le coronavirus « dans les prochains mois ». « Cela ne va pas régler les problèmes des prochaines semaines, mais des prochains mois ».

La Russie a annoncé le début la semaine prochaine d’essais cliniques auxquels participeront plus de 40 000 personnes pour son vaccin, annoncé le 11 août et perçu avec scepticisme par la communauté internationale.

La Suède a indiqué de son côté participer à un accord à l’échelle de l’UE avec le groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca pour sécuriser son approvisionnement en vaccins.

Inquiétude au Maroc

Avec plus d’un millier de cas quotidiens depuis début août, la hausse des contaminations au Maroc alimente l’inquiétude et les critiques des médias locaux sur la gestion de la crise.

De sévères restrictions de déplacements correspondant à un régime de confinement ont été imposées dans la capitale économique Casablanca et la capitale touristique Marrakech.

Lueur d’espoir en Afrique

Le nombre moyen de personnes quotidiennement testées positives en Afrique a diminué la semaine dernière, ce qui offre un « signe d’espoir » au continent, a annoncé le directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l’Union africaine.

Belgique : rentrée scolaire « pour tous »

La première ministre belge Sophie Wilmès a assuré que le récent rebond des contaminations n’empêcherait pas les écoles de rouvrir pour « tous les élèves » comme prévu le 1er septembre.

Airbnb interdit les fêtes

La plateforme de location de logements entre particuliers Airbnb a annoncé qu’elle allait interdire l’organisation de toutes fêtes ou tout évènement dans les habitations proposées sur son site et en limiter la capacité à 16 personnes maximum.

Le groupe veut ainsi éviter que des logements soient loués pour organiser des rassemblements festifs ne respectant pas les directives sanitaires des autorités.