(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 606 605 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 7 h.

Agence France-Presse

Plus de 14 528 490 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, dont au moins 7 935 600 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Sur la journée de dimanche, 4584 nouveaux décès et 224 583 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont le Brésil avec 716 nouveaux morts, l’Inde (681) et les États-Unis (514).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 140 534 décès pour 3 773 260 cas recensés, selon le comptage de l’Université Johns Hopkins. Au moins 1 131 121 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 79 488 morts pour 2 098 389 cas, le Royaume-Uni avec 45 300 morts (294 792 cas), le Mexique avec 39 184 morts (344 224 cas), et l’Italie avec 35 045 morts (244 434 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100 000 habitants, suivi par le Royaume-Uni (67), l’Espagne (61), l’Italie (58), et la Suède (56).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 83 682 cas (22 nouveaux entre dimanche et lundi), dont 4634 décès (0 nouveau), et 78 799 guérisons.

L’Europe totalisait, lundi à 7 h, 205 420 décès pour 2 951 326 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 162 462 décès (3 830 779 cas), les États-Unis et le Canada 149 416 décès (3 883 598 cas), l’Asie 50 972 décès (2 114 908 cas), le Moyen-Orient 23 017 décès (1 010 923 cas), l’Afrique 15 166 décès (723 293 cas), et l’Océanie 152 décès (13 672 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Relance : l’UE a la peine

Les dirigeants européens doivent poursuivre lundi après-midi leurs discussions sur un plan de relance post-coronavirus au quatrième jour d’un sommet marqué par une grande tension et de profondes dissensions.

Après une journée de discussions dimanche, poursuivie toute la nuit, la session entre les 27 dirigeants de l’UE a été suspendue lundi au petit matin. Face à la résistance des pays dits « frugaux » (Pays-Bas, Suède, Danemark, Autriche), le président du Conseil européen, Charles Michel, devrait proposer de revoir à la baisse - à 390 milliards d’euros, contre 500 initialement envisagés-la part des subventions dans le plan de relance de 750 milliards d’euros.

France : masque obligatoire

Quatre mois après avoir été jugé « inutile » par les autorités pour contenir l’épidémie de coronavirus, le port du masque en France, déjà obligatoire dans les transports en commun depuis le 11 mai, l’est désormais aussi dans les lieux publics clos. L’oublier pourra valoir une amende de 135 euros en cas d’infraction.

« Entre 400 et 500 clusters de coronavirus » sont actuellement recensés dans le pays, a précisé le ministre français de la Santé, appelant à maintenir une grande vigilance tout en soulignant qu’il ne s’agissait pas d’une « deuxième vague ». Le taux de reproduction effectif, ou « R effectif », qui mesure le nombre moyen de personnes contaminées par un malade, s’établit à 1,2 contre 3 au pic de l’épidémie.

Plus de 606 600 morts dans le monde

La pandémie a fait plus de 606 605 morts depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP lundi à 7 h.

Les États-Unis sont le pays le plus lourdement touché avec 140 534 décès. Viennent ensuite le Brésil (79 488 morts), le Royaume-Uni (45 300), le Mexique (39 184) et l’Italie (35 045).

Grande-Bretagne : accords sur les vaccins

Le gouvernement britannique a annoncé lundi un accord portant sur 90 millions de doses de deux vaccins en cours de développement contre la COVID-19, celui de l’alliance germano-américaine BioNTech/Pfizer et du laboratoire français Valneva.

Ces accords viennent s’ajouter à un accord avec le groupe britannique AstraZeneca pour 100 millions de doses du vaccin que développe l’Université d’Oxford, considéré comme parmi les plus prometteurs.

On ignore encore si ces vaccins fonctionneront et combien de doses seront nécessaires pour vacciner une même personne.

Ralentissement des cas en Russie

La Russie a enregistré lundi moins de 6000 cas quotidiens de nouveau coronavirus, une première depuis fin avril pour le pays, quatrième dans le monde en nombre de contaminations.

Selon les statistiques officielles, 5940 nouveaux cas de COVID-19 ont été détectés lors des dernières 24 heures, alors que depuis début juillet, le nombre de cas quotidiens était toujours supérieur à 6000. Les 86 décès enregistrés lors des dernières 24 heures constituent aussi le chiffre le plus bas depuis début mai.

Médicament prometteur

Un médicament baptisé SNG001 réduirait de 79 % le risque de développer une forme sévère de la maladie COVID-19, selon des résultats préliminaires dévoilés par le laboratoire britannique qui le produit, Synairgen.

Ce traitement inhalé utilise des interférons bêta, une protéine naturelle qui intervient dans la réponse de l’organisme contre les virus.