(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 569 879 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 15 h.

Agence France-Presse

Plus de 12 992 640 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, dont au moins 6 943 800 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations. Certains pays ne testent que les cas graves, d’autres utilisent les tests en priorité pour le traçage et nombre de pays pauvres ne disposent que de capacités de dépistage limitées.

Depuis le comptage réalisé dimanche à 15 h, 3469 nouveaux décès et 191 744 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès sont le Brésil avec 631 nouveaux morts, l’Inde (500) et les États-Unis (334).

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 135 400 décès pour 3 336 154 cas. Au moins 1 006 326 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 72 100 morts pour 1 864 681 cas, le Royaume-Uni avec 44 830 morts (290 133 cas), le Mexique avec 35 006 morts (299 750 cas), et l’Italie avec 34 967 morts (243 230 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 84 décès pour 100 000 habitants, suivi par le Royaume-Uni (66), l’Espagne (61), l’Italie (58), et la Suède (55).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao) a officiellement dénombré un total de 83 602 cas (8 nouveaux entre dimanche et lundi), dont 4634 décès et 78 648 guérisons.

L’Europe totalisait lundi à 15 h 202 780 décès pour 2 849 335 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 144 846 décès (3 379 778 cas), les États-Unis et le Canada 144 221 décès (3 443 961 cas), l’Asie 43 958 décès (1 779 712 cas), le Moyen-Orient 20 655 décès (931 951 cas), l’Afrique 13 282 décès (596 353 cas), et l’Océanie 137 décès (11 556 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 heures peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Pas de retour rapide à la normale

Le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a prévenu que le monde n’allait pas revenir à l’« ancienne normalité dans un avenir prévisible » alors que le nombre d’infections atteint des niveaux record (230 000 nouveaux cas recensés en 24 heures).

« Le virus reste l’ennemi public numéro un, mais les actions de nombreux gouvernements et personnes ne reflètent pas cela », a-t-il déclaré, ajoutant que « trop de pays vont dans la mauvaise direction ».

Immunité limitée

L’immunité acquise après avoir guéri de la COVID-19, disparaîtrait la plupart du temps en quelques mois, selon une étude réalisée par le King’s College de Londres, ce qui risque de compliquer la mise au point d’un vaccin efficace à long terme.

« Les vaccins en cours de développement devront soit générer une protection plus forte et plus durable par rapport aux infections naturelles, soit être administrés régulièrement », a commenté un médecin britannique indépendant, le Dr Stephen Griffin (Université de Leeds).

Imbroglio catalan

Le reconfinement d’une zone de Catalogne pour freiner la propagation du coronavirus fait l’objet d’un bras de fer, les autorités régionales étant résolues à l’appliquer malgré la suspension de la mesure par la justice.

Face à la hausse du nombre de cas de COVID-19, le gouvernement régional de Catalogne avait décidé le confinement des habitants de Lérida et des communes environnantes. Mais le Tribunal supérieur de Catalogne s’y est opposé, considérant la mesure « contraire au droit ».

Restrictions à Hong Kong

Face à la recrudescence des cas à Hong Kong, les autorités du territoire ont décidé d’imposer de nouvelles mesures, dont l’interdiction des rassemblements de plus de quatre personnes et l’obligation de porter un masque dans les transports publics.

Les bars, les salles de sport et de karaoké, les salons de beauté et les boîtes de nuit, parmi d’autres commerces, devront fermer.

Masques obligatoires au Québec

Province canadienne la plus touchée par le coronavirus, le Québec va rendre obligatoire, à partir de samedi, le port du masque dans tous les lieux publics fermés.

Le Québec, qui compte plus de la moitié des quelque 108 000 cas enregistrés au Canada et près des deux tiers des 8800 décès, devient ainsi la première province du pays à imposer une telle mesure.

Débats sur un reconfinement aux États-Unis

Les maires de plusieurs grandes villes des États-Unis envisagent ou réclament un reconfinement pour endiguer la vague de nouveaux cas, mais des désaccords politiques entre les différentes juridictions empêchent une réponse cohérente.

Des responsables de l’agglomération de la plus grande ville du Texas, Houston, ont appelé à un nouveau confinement après la détection de 1600 nouveaux cas en 24 heures. Mais le gouverneur du Texas, le républicain Gregg Abbott, refuse pour l’instant.

Tanger et Manille se reconfinent

Au Maroc, la ville de Tanger, peuplée d’environ un million d’habitants, est reconfinée depuis lundi midi (7 h HE) après l’apparition de foyers épidémiques.

À Manille, les 250 000 habitants de Navotas, une des 16 villes qui composent la tentaculaire capitale des Philippines, vont à nouveau être confinés à domicile pour deux semaines dans les prochains jours.