(Moscou) Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ont évoqué vendredi la possibilité d’une réunion entre les dirigeants des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, accusé de désunion face à la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

Lors d’un échange téléphonique, le président russe et son homologue français ont discuté de « la possibilité de l’organisation d’une réunion de travail, en vidéoconférence, des dirigeants des pays membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU », a indiqué le Kremlin dans un communiqué, sans donner plus de détails.

Le Conseil de Sécurité permanent de l’ONU se compose de la Russie, de la France, de la Chine, du Royaume-Uni et des États-Unis. 10 autres membres non permanents le composent.

La semaine dernière, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exhorté le Conseil de sécurité, divisé depuis des semaines, à se montrer uni face à la COVID-19.  

L’un des facteurs clés de sa paralysie s’avère être la polémique sino-américaine liée à l’origine chinoise du virus.

Emmanuel Macron a indiqué mercredi à RFI qu’il n’attendait plus que l’aval du président russe, après avoir obtenu celui des quatre autres dirigeants du Conseil permanent, pour tenir cette visioconférence.

Cette dernière doit permettre de « relayer l’appel » du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres en faveur d’une trêve mondiale en pleine épidémie de coronavirus, a affirmé le président français.

Lors d’un appel téléphonique, le ministère russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue américain Mike Pompeo se sont également entendus pour « collaborer étroitement » sur l’organisation d’une réunion des cinq membres du Conseil permanent, a indiqué vendredi le ministère russe dans un communiqué.