(Washington) Les États-Unis et la Chine se sont engagés mercredi à coopérer pour combattre le nouveau coronavirus, malgré les tensions toujours vives entre les deux grandes puissances.

Agence France-Presse

L’administration de Donald Trump accuse Pékin d’avoir « dissimulé » la gravité de l’épidémie lorsqu’elle a fait son apparition en Chine, et a gelé mardi la contribution américaine à l’Organisation mondiale de la santé en lui reprochant de s’être alignée sur les positions chinoises.

Dans un entretien téléphonique avec le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la politique étrangère, Yang Jiechi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a de nouveau insisté mercredi sur « la nécessité d’une transparence totale et du partage d’informations pour lutter contre la COVID-19 et prévenir de futures épidémies ».

Mais il a aussi semblé vouloir se montrer conciliant en soulignant, d’après un communiqué du département d’État américain, l’aide fournie par Washington à Pékin en janvier et les exportations de matériel médical chinois vers les États-Unis pour « répondre à une demande cruciale ».

« Les deux parties ont confirmé leur engagement à vaincre l’épidémie de COVID-19 et rétablir la santé et la prospérité mondiales », a assuré la diplomatie américaine.

Selon l’agence officielle Chine nouvelle, Yang Jiechi a dit que Pékin était « prêt à continuer à partager ses informations et son expérience » de la gestion de la pandémie avec les États-Unis.

Après une guerre des mots sur l’origine de la maladie, qui a connu son apogée lorsque Donald Trump et Mike Pompeo évoquaient quotidiennement le « virus chinois », le président américain semble être parvenu à une trêve informelle lors d’une conversation téléphonique avec son homologue Xi Jinping fin mars.

Selon Yang Jiechi, les deux pays ont depuis lors « maintenu une étroite communication sur les efforts anti-épidémie, conformément au consensus important trouvé par les deux chefs d’État », a rapporté Chine nouvelle. Le haut responsable chinois a aussi jugé « crucial » de maintenir de bonnes relations sino-américaines.

Malgré cet effort pour apaiser les tensions, les critiques sont toujours présentes côté américain.

Mike Pompeo avait ainsi réitéré mardi les reproches de Washington dans une série d’entretiens médiatiques. Mercredi, c’est le ministre américain de la Défense Mark Esper qui a de nouveau accusé sur la chaîne Fox News la Chine de « faire de la rétention d’informations ».