Le webzine Slate offre ici un avant-goût de la campagne présidentielle de 2008, qui sera la première à se dérouler au temps de YouTube, ce site où aboutissent tous les vidéoclips politiquement compromettants.Les candidats voudront à tout prix éviter de se retrouver dans la position de l'ancien sénateur de Virginie George Allen, dont la campagne électorale a piqué du nez, cet automne, après la diffusion d'un clip où il utilisait un terme à connotation raciste - macaque - pour parler d'un Américain d'origine indienne. Le nouveau site The Politico a déjà publié un article sur le sujet.

Richard Hétu

Cela étant, il sera intéressant de voir quel rôle jouera YouTube dans la prochaine campagne électorale québécoise...