John McCain jure qu'il ne partage pas les idées de John Hagee mais il se dit toujours heureux d'avoir l'appui du télévangéliste texan, qui compare dans cette vidéo l'Église catholique romaine à une «grande putain» qui boit «le sang du peuple juif». Dans des entrevues radiophoniques, le révérend Hagee a par ailleurs mis l'ouragan Katrina sur le compte d'un défilé d'homosexuels qui devait avoir lieu à La Nouvelle-Orléans le jour où la tempête a frappé. Katrina était donc à ses yeux une vengeance divine. God damned America!

Richard Hétu

Pourquoi les médias américains refusent-ils de diffuser les vidéos et les clips de Hagee, comme ils l'ont fait avec ceux de Jeremiah Wright, l'ancien pasteur de Barack Obama? Pourquoi les McCain et les Guiliani, entre autres, peuvent-ils quémander sans coup férir l'appui de bigots comme Hagee, Jerry Falwell et Pat Robertson (ces deux derniers ont vu dans les attentats du 11 septembre une rétribution divine contre les États-Unis)? L'intolérance des pasteurs blancs serait-elle plus acceptable que celle des pasteurs noirs? Telles sont les questions qu'explore Frank Rich dans sa chronique dominicale du New York Times. Encore une fois, j'invite nos collaborateurs à traduire leurs passages préférés dans la section des commentaires. Voici un extrait traduit par guyzoducamer :

Rien de tout cela ne signifie que deux pasteurs blancs farfelus font que Wright ait raison. Il est tout à fait juste pour chaque électeur de juger de la longue relation entre Mr. Obama et son pasteur pour évaluer son aptitude à devenir président. Il est également juste d'évaluer le jugement de Mr. Obama dans la gestion de cette crise personnelle et politique qui n'a cessé d'exploser. Mais quel que soit le verdict, il n'est pas très intelligent de prétendre qu'il n y a pas un deux poids deux mesures dans la gestion de cette affaire. Si l'on peut juger des candidats noirs sur leurs fréquentations les plus controversées - et de la rapidité, la fermeté avec laquelle ils les désavouent totalement - nous devons également juger les politiciens blancs en utilisant les mêmes critères.

(Photo AP)