Deux médias américains - CQPolitics et Politico - font état (ici et ici de la colère de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à la suite d'une déclaration pour le moins candide du porte-parole de la Maison-Blanche Robert Gibbs. Dimanche, lors d'une entrevue à l'émission de télévision Meet the Press, celui-ci a joué les analystes politiques en affirmant qu'il y avait suffisamment de sièges en jeu pour permettre une prise de contrôle de la Chambre par les républicains en novembre.

Richard Hétu

Pelosi et ses alliés estiment que la déclaration de Gibbs aidera les républicains à motiver leurs électeurs et leurs donateurs. Hier, le porte-parole de la Maison-Blanche a tenté une nouvelle approche. Je le cite :

«Je pense que nous allons garder le contrôle de la Chambre. On m'a demandé s'il y avait suffisamment de sièges en jeu, et je pense que c'est le cas.»

Gibbs n'a cependant pas voulu dire si sa déclaration faisait partie d'une quelconque stratégie de la part de la Maison-Blanche. Celle-ci se prépare peut-être à un tsunami républicain. L'opposition a besoin d'un gain net de 40 sièges pour devenir majoritaire à la Chambre.