Lu aujourd'hui dans l'amorce de la première tranche d'une enquête publiée dans le Washington Post sur les services de sécurité nationale des États-Unis post 11/9 :

Richard Hétu

«Le monde top secret que le gouvernement a créé en réponse aux attentats terroristes du 11 septembre 2001 est devenu tellement vaste, inextricable et dissimulé que personne ne sait combien il coûte, combien de personnes il emploie et combien de programmes il recouvre ou exactement combien d'agences accomplissent le même travail.

«Telles sont quelques-unes des conclusions auxquelles est arrivé le Washington Post après deux années d'enquête qui lèvent le voile sur ce qui correspond à une géographie parallèle des États-Unis, une Amérique Top Secret invisible aux yeux du public et sans contrôle véritable.»

Un extrait du compte rendu de l'AFP de l'article du Post :

Le quotidien note que 1271 agences gouvernementales et 1931 compagnies privées, réparties sur 10 000 sites à travers les États-Unis, travaillent sur des programmes liés à la lutte contre le terrorisme ou au renseignement.

Le dispositif emploie près de 854 000 personnes, qui disposent d'accès à des informations secrètes, et 33 bâtiments ont été construits ou sont en cours de construction rien que dans l'agglomération de la capitale fédérale Washington.